VOUS ÊTES LE SEL DE LA TERRE : Matthieu 5.13 (2)

01:27Ministere MotsdeDieu

Lors de notre dernière leçon, nous avons étudié les paroles de notre Seigneur Jésus en Matthieu 5.13. Regardons à nouveau ce qu’il dit. Matthieu 5.13. Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Freiner la décomposition morale Dans cette déclaration, il y a une allusion implicite à l’effet que notre monde tend à évoluer vers la décomposition morale et la corruption. Qu’on le veuille ou non, il existe une force qui pousse notre société à progresser vers l’immoralité. C’est pourquoi le sel est nécessaire. Alors le Seigneur Jésus dit à ses disciples, ‘Le monde a besoin de vous. Vous êtes le sel de la terre et vous devez freiner la décomposition morale qui affecte le monde.’ Dieu désire que les chrétiens jouent un rôle déterminant dans la préservation de la société humaine. Il faut savoir que Dieu a donné à l’homme des mesures restrictives qui limitent l’influence du vice dans la société. Dieu n’accorde pas sa faveur qu’à ses enfants spirituels. Il y a un aspect de sa grâce qui est universelle, i.e. qu’elle s’étend à tous les hommes, qu’ils soient croyants ou non-croyants. À cet égard, il a établi certaines institutions qui prémunissent la société contre sa tendance au dérèglement. On n’a qu’à penser à l’organisation gouvernementale. L’État est investi de la responsabilité et de l’autorité à maintenir l’ordre et la paix sociale. Il y a aussi l’institution du mariage. La vie familiale constitue un lieu privilégié pour inculquer le respect des règles de la morale. Ces institutions divines agissent comme des régulateurs moraux qui protègent la société contre les perturbations causées par le péché. Mais par-dessus tout, Dieu désire que son peuple, un peuple régénéré et juste, forme la plus forte influence dans la préservation des principes moraux à l’intérieur d’un monde enclin au mal. Les chrétiens sont appelés à intervenir dans la société à la manière d’un désinfectant qui purifie celle-ci de la souillure morale. C’est dans ce sens que Jésus demande à ses disciples d’être le sel de la terre, un agent préservatif exerçant une influence salutaire sur le monde. Du sel qui a perdu sa saveur Donc cette affirmation décrit le rôle du croyant en le comparant à l’action du sel. Mais elle s’accompagne également d’une condition qu’on ne peut pas passer sous silence. Quelle est cette condition? Celle de conserver notre pouvoir salant. Jésus l’exprime en ces mots : Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. La perte de la salinité chrétienne est une importante question et nous voulons prendre le temps nécessaire pour l’étudier. Si vous vous donnez la peine de consulter des commentaires bibliques à ce sujet, vous remarquerez assez vite que la plupart de ces ouvrages mentionnent l’impossibilité pour le sel, du point de vue de sa composition chimique, de perdre son pouvoir salant. Ils expliquent que le sel peut ‘perdre sa saveur’ lorsqu’il est mélangé à des impuretés. Le sel qui était utilisé provenait de la Mer Morte et contenait beaucoup d’impuretés. Lorsqu’il était soumis à certaines conditions, par exemple s’il était mis au contact de l’humidité ou mélangé à d’autres substances organiques, son goût devenait fade. Le mélange ressemble encore à du sel, mais ce sel avait perdu son goût. Ces explications sont intéressantes, et probablement dignes de crédibilité du point de vue de la chimie. Mais j’ai une certaine difficulté à en voir la pertinence dans le contexte de l’enseignement de Jésus et je suis loin d’être convaincu que notre Seigneur attachait de l’importance aux propriétés chimiques du sel. Il me semble que toutes ces explications soient nécessaires parce que nous sommes hésitants à affirmer qu’un croyant puisse perdre ses qualités spirituelles, qu’il puisse perdre son caractère chrétien, décrit ici en utilisant le symbolisme du sel. Plusieurs ont suggéré que cela ne peut pas se produire. Selon eux, Jésus fait allusion à une simple supposition, à une situation hypothétique qui ne peut pas avoir lieu. Je ne partage pas cette opinion. À mon avis, il est clair que nous sommes en présence d’un avertissement. S’il était impossible pour un chrétien de perdre sa salinité, alors je ne vois pas pourquoi Jésus s’est donné la peine d’en soulever la possibilité. Il aurait pu tout simplement dire, ‘Vous êtes le sel de la terre,’ point à la ligne. Mais ce n’est pas ce que nous lisons. Il complète son énoncé en y attachant une condition et nous devons la prendre au sérieux. Il serait imprudent de fermer les yeux sur une telle mise en garde. Une forme de piété qui rejette la puissance de la foi Jetons un coup d’œil au passage parallèle qui se trouve en Luc 14 afin de mieux percevoir toute la portée de cet avertissement. Luc nous rapporte les paroles de Jésus de cette façon. Luc 14.34-35. Luc 14.34. Oui, c’est une bonne chose que le sel. Mais si le sel lui–même perd sa saveur, avec quoi la lui rendra–t–on ? 35 Il n’est bon ni pour la terre, ni pour le fumier ; on le jette dehors. (Et Jésus conclue de façon très solennelle en disant,) Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende. ‘Que celui qui m’écoute,’ nous dit le Seigneur Jésus, ‘prête attention à mes paroles.’ Assurez-vous de ne pas perdre votre goût salé, ou pour utiliser une expression moderne, de ne pas manquer d’essence. Car si le sel perd sa saveur, on ne pourra pas lui rendre sa salinité. Cette mise en garde nous fait penser à celle de Hébreux 6 où l’auteur traite de ceux qui ont goûté au don céleste et qui ont eu part au Saint Esprit. ‘S’ils tombent dans leur vie ancienne,’ affirme-t-il, ‘il est impossible de les ramener à une nouvelle repentance.’ Si le sel vient à perdre sa saveur, comment pourrait-on lui restituer son goût salé? On ne peut pas lui redonner son goût naturel et alors il ne sert plus à rien. Que fait-on avec ce sel? L’enseignement de Jésus est sans équivoque : on le jette dehors où il sera piétiné par les hommes. Voilà un sérieux avertissement que personne ne peut se permettre de négliger. Et immédiatement, une question se pose. Sur le plan spirituel, comment le sel en vient-il à perdre sa saveur? De quelle manière un croyant peut-il cesser de jouer un rôle actif dans sa responsabilité chrétienne de préserver le monde de la corruption? Lorsque je réfléchis à cette question, je pense à Paul et à sa déclaration en 2Timothée 3.5. Paul nous informe que dans les derniers jours, il existera une forme de piété qui aura renié la puissance de la foi. Et je me demande si Paul avait en tête l’image du sel qui devient fade. Voyez-vous, même si le sel a perdu sa saveur, son aspect extérieur demeure inchangé. Il conserve sa coloration blanchâtre. Il a encore sa texture granuleuse. Mais si vous goûtez ce sel, vous allez vous rendre compte qu’il est devenu insipide. Il a encore l’apparence du sel, mais il n’a plus son pouvoir salant. Il a en quelque sorte renié sa capacité d’assaisonnement. ‘C’est ce qui va arriver dans les derniers jours,’ nous dit Paul. Les hommes … garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la puissance (2Timothée 3.5). Dans les derniers temps, il y aura une sorte de christianisme qui présentera encore toutes les apparences du christianisme : les activités reliées à la foi chrétienne, le vocabulaire chrétien, la liturgie chrétienne... Pour ce qui est de sa forme, tout y est. Malheureusement, il n’en est pas de même du contenu. La vitalité propre à la vie chrétienne a disparu. La puissance de la foi a laissé la place à un vide spirituel. Le sel s’est détérioré au point qu’il ne reste rien de son goût. Le christianisme, dans sa forme extérieure, n’a pas changé, mais sa substance, sa puissance n’y est plus. Nous sommes donc confrontés à cette grave question. Comment le sel peut-il perdre son pouvoir salant? Quelles peuvent-être les causes d’une telle situation? Nous allons tenter de répondre à cette question en présentant trois points. Chaque volet aura comme fondement un des trois passages dans l’enseignement du Christ où il fait mention du problème du sel qui perd sa saveur. Nous avons déjà cité deux de ces passages : Luc 14.34 et Matthieu 5.13. Le troisième se trouve en Mark 9.50. La perte de la salinité : remettre en question son engagement Tout d’abord, retournons au verset en Luc 14.34. Nous allons la lire de nouveau, en utilisant cette fois-ci la traduction de la Bible Darby. Luc 14.34. Le sel donc est bon ; mais si le sel aussi a perdu sa saveur, avec quoi l’assaisonnera–t–on? Remarquez la présence du conjonctif ‘donc’ dans cette phrase. ‘Le sel donc est bon.’ Ce mot se retrouve dans le texte grec et il faut en tenir compte car il fait le lien entre l’image du sel et tout ce qui précède le v. 34. En d’autres mots, nous pouvons retracer la raison qui explique pourquoi le sel perd sa saveur en lisant ce que dit Jésus avant d’en arriver au v. 34. Si nous voulons déterminer avec précision ce qui rend le sel fade dans la pensée de Jésus, il faut prendre en considération le contexte de son enseignement. Et pour ce faire, j’aimerais vous inviter à remonter jusqu’au v. 25 où Jésus explique les difficultés que peut rencontrer un disciple désireux de le suivre. Ses paroles sont directes et incisives. Luc 14.25. Et de grandes foules allaient avec lui. Et se tournant, il leur dit, 26 Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas son père, et sa mère, et sa femme, et ses enfants, et ses frères, et ses sœurs, et même aussi sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27 Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne vient pas après moi, ne peut être mon disciple. Jésus ne cache pas les difficultés qui attendent ses disciples : la souffrance et le rejet par le monde. Puis il dit, ‘Si vous aimez votre famille ou même votre propre vie plus que moi, il vous sera très difficile de prendre la décision de me suivre car vous allez trouver que les conséquences associées à une telle décision sont trop coûteuses.’ Souvenez-vous que tout cela se rapporte à notre passage concernant le sel qui vient à s’affadir. Ainsi le sel refuse de se dissoudre, de porter sa croix, de mourir. Lisons maintenant la suite des explications de Jésus. Luc 14.28. Car quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne s’asseye premièrement et ne calcule la dépense, pour voir s’il a de quoi l’achever? 29 de peur que, en ayant jeté le fondement et n’ayant pu l’achever, tous ceux qui le voient ne se mettent à se moquer de lui, disant, 30 Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever. On s’est moqué de cet homme. Il a commencé à construire sa tour mais il n’a pas été capable de l’achever! Vraiment, il a manqué de jugement dans le calcul de son budget. Autrement dit, il est un idiot, un sot. Souvenez-vous de notre première leçon sur le sel de la terre. Lorsque Jésus dit que le sel a perdu sa saveur, c’est dans le sens de faire des folies. Or voilà un bel exemple de folie. Dans un moment d’euphorie, cet homme s’est engagé dans un projet sans avoir évalué correctement la dépense. Le sel a agit follement. En conséquence, il doit faire face aux railleries de ceux qui sont au courant de sa bêtise. Lisons maintenant le v. 31. Luc 14.31. Ou, quel est le roi qui, partant pour faire la guerre à un autre roi, ne s’asseye premièrement et ne délibère s’il peut, avec dix mille hommes, résister à celui qui vient contre lui avec vingt mille? 32 Autrement, pendant qu’il est encore loin, il lui envoie une ambassade et s’informe des conditions de paix. 33 Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il a, ne peut être mon disciple. Tout aussi idiot est le roi qui s’en va en guerre sans vérifier si ses troupes sont assez nombreuses pour vaincre son adversaire. Il part donc en guerre contre un autre roi. Alors que les combats font rage, il se rend compte qu’il a fait une bêtise parce qu’il n’a pas suffisamment de soldats pour continuer les hostilités. Celui qui a déclaré la guerre doit maintenant abdiquer et devenir le captif de l’autre roi. Il a perdu sa liberté. Vous voulez vous battre pour défendre la justice? Ne faites pas des folies. Comptez d’abord le prix à payer avant de vous engager à suivre Jésus et à vous battre à ses côtés pour l’avancement de son royaume. Nous commençons à y voir plus clair et nous sommes maintenant en mesure de comprendre ce qui cause le sel à perdre sa saveur. Cela peut survenir lorsqu’un disciple revient sur son engagement initial. Il commence à suivre Jésus mais bientôt, d’autres engagements viennent solliciter son attention. Il débute une construction. Puis il doit faire arrêter les travaux parce qu’il a évalué que le projet est devenu trop onéreux. Il revient sur sa décision de bâtir une tour. L’apôtre Pierre utilise l’image d’un chien qui retourne à son propre vomissement (2Pierre 2.22). Il a bien commencé mais a mal fini. Sa dernière condition est devenue pire que la première. ‘Il aurait mieux fallu,’ nous dit Pierre, ‘qu’il ne s’engage à rien plutôt que de commencer quelque chose et d’y renoncer par la suite.’ Ou bien on décide de suivre Jésus sans plus jamais regarder en arrière, ou bien on ne prend aucun engagement et on oublie tout ce que Jésus a enseigné. Nous retrouvons en Luc 9.62 ces paroles de Jésus : Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n’est pas propre au royaume de Dieu. Avant de s’engager, il faut prendre soin de bien calculer la dépense de l’engagement. Le disciple qui conserve sa salinité est celui qui attache la plus grande importance à son obligation vis-à-vis de Dieu et qui va le suivre fidèlement jusqu’à la mort. La perte de la salinité : lorsque le péché s’en mêle Ceci constitue donc le premier point. La perte de la salinité est causée par un manquement dans l’engagement du disciple. En suivant le contexte du passage en Marc, on découvre une deuxième raison. Voici ce que Jésus dit en Marc 9.50. Marc 9.50. Le sel est bon; mais si le sel devint insipide, avec quoi lui donnerez–vous de la saveur ? Ayez du sel en vous–mêmes, et soyez en paix entre vous. Encore une fois, il faut tenir compte de tout le contexte. Quels sont les éléments qui entourent ce verset? Lisons cette section à partir du v. 42. Marc 9.42. Et quiconque sera une occasion de chute pour un des petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui mît au cou une pierre de meule, et qu’il fût jeté dans la mer. 43 Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe–la, il vaut mieux pour toi d’entrer estropié dans la vie, que d’avoir les deux mains, et d’aller dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 44 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. 45 Et si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe–le, il vaut mieux pour toi d’entrer boiteux dans la vie, que d’avoir les deux pieds, et d’être jeté dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 46 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. 47 et si ton oeil est pour toi une occasion de chute, arrache–le, il vaut mieux pour toi d’entrer dans le royaume de Dieu, n’ayant qu’un oeil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne de feu, 48 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. Par la suite, Jésus poursuit son discours en parlant soudainement du sel, et particulièrement du sel qui devient sans saveur. Marc 9.49. Car chacun sera salé de feu; et tout sacrifice sera salé de sel. 50 Le sel est bon; mais si le sel devint insipide, avec quoi lui donnerez–vous de la saveur? Ayez du sel en vous–mêmes, et soyez en paix entre vous. Qu’est-ce qui peut bien causer le sel à perdre son goût dans ce cas-ci? Ce passage met l’accent sur les diverses facettes du péché. Il y a le fait d’être une occasion de chute pour l’un de ces petits qui ont la foi. C’est le péché de faire tomber d’autres personnes dans le péché. Il y a le péché que la main peut commettre. Il y a le péché que le pied peut commettre. Et il y a aussi le péché que l’œil peut commettre. Par tous ces exemples, le Seigneur Jésus veut insister sur la gravité du péché et il donne un sérieux avertissement à ceux qui contreviennent aux commandements de Dieu. Chaque individu est personnellement responsable de ses actes. S’il faiblit devant la tentation au point de tomber dans le péché, c’est à ce moment que le sel devient insipide. Souvenez-vous des paroles de Jésus dans l’évangile de Matthieu. Si le sel perd sa saveur, il sera jeté dehors où il sera piétiné par les hommes. L’expression ‘être jeté dehors’ est souvent utilisé dans la Bible pour indiquer l’exclusion d’une personne du royaume de Dieu (Matthieu 8.12; 22.13; Jean 6.37; 15.6). Ici en Marc, Jésus enseigne la même chose mais avec des mots légèrement différents. Il parle du feu de la géhenne, du danger d’être jeté dans le feu inextinguible de l’enfer. Ne prenez jamais à la légère les occasions de chute. Personne ne peut se payer le ‘luxe’ de tomber dans le péché. C’est pourquoi nous disons dans la prière du Seigneur, ‘Ne nous soumets pas à la tentation.’ Par ces mots, nous demandons l’aide de Dieu afin de ne pas céder devant la tentation. Et pour sûr, Dieu nous donnera la force d’y résister. La perte de la salinité : succomber sous la persécution Parlons maintenant de la troisième raison qui explique le pourquoi de la perte de saveur du sel. Nous allons retourner à notre passage en Matthieu 5. Quel est le contexte immédiat de Matthieu 5.13? Nous avons vu dans notre leçon précédente que le v. 13 est directement relié aux Béatitudes, et tout particulièrement à la dernière Béatitude, par le pronom ‘vous’ du v. 11. ‘Heureux êtes–vous quand on vous insultera et qu’on vous persécutera.’ Il est clair que Jésus faisait référence à la persécution de ses disciples. Et tout de suite après avoir fait cette déclaration, il dit, Vous êtes le sel de la terre. Les individus persécutés et ceux que Jésus appelle à être le sel de la terre sont les mêmes personnes. Ce pronom ‘vous’ a beaucoup d’importance car il constitue la clé pour comprendre ce qui cause le sel à perdre son goût. Lorsque vous devez faire face à la persécution et que vous cédez devant la pression, c’est à ce moment que vous risquez de perdre votre salinité. On peut comparer cette situation à une des graines de la parabole du semeur. On a semé cette graine sur un endroit rocailleux. Que lui arrive-t-il une fois le soleil levé? Faute de racines, la plante se dessèche et meurt. Le sel a perdu sa saveur. Et Jésus nous enseigne que le soleil symbolise la persécution qui survient à cause de la parole de Dieu et qui devient une occasion de chute pour le disciple manquant de persistance (Matthieu 13.20-21). La responsabilité du disciple En déclarant que ses disciples constituent le sel de la terre, le Seigneur Jésus nous délègue par la même occasion une lourde responsabilité. ‘Vous êtes le sel de la terre. Il vous faut conserver votre salinité et veiller à ne pas perdre vos qualités chrétiennes.’ Le sel qui ne remplit plus son rôle ne sert plus à rien. Tel est aussi le sort du disciple qui cesse d’être un vrai disciple du Christ. Jésus s’attend à ce que ses disciples gardent leur goût salé et exercent une influence constante sur la société par leur conduite et leurs paroles. Et nous avons vu dans cette leçon trois circonstances qui peuvent entraîner la perte du goût salé chez le chrétien. Le disciple ne remplit plus alors le rôle que Dieu lui a confié. Vous pouvez perdre votre salinité si vous revenez sur votre engagement envers Dieu. Vous démissionnez car vous vous rendez compte que le prix à payer pour suivre Jésus dépasse ce que vous acceptez de donner. Vous pouvez perdre votre salinité si vous cédez à la tentation du péché. Comment pouvez-vous prétendre être le sel de la terre et vivre en même temps dans le péché? Et finalement, vous risquez de perdre votre salinité si vous croulez sous la pression de la persécution. Vous n’avez pas su garder fermement votre confiance en Dieu jusqu’à la fin. Dans toutes ces situations, nous devons invoquer la grâce de Dieu. Par la prière et la foi, nous demandons à Dieu son assistance sans laquelle il n’y aura pas de sel pour assaisonner la terre.

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact