Attention, nous ne sommes pas obéissants par nature!

12:28Ministere MotsdeDieu

De la Genèse à l’Apocalypse nous voyons que Dieu a toujours rencontré de la résistance et de la désobéissance à sa Parole et à ses desseins ; deux grandes « volontés » se sont très bien accordées à cela et sont continuellement à l’œuvre pour contrarier les plans du Seigneur : celle de satan et la notre... Malgré toutes ses manifestations d’opposition sur la terre, la Parole nous enseigne clairement que la volonté de satan est emprisonnée dans la puissance de Dieu et ne peut donc dépasser une certaine limite dans son activité, Dieu poussant même sa domination jusqu’à l’utiliser pour son œuvre. Mais la Parole nous révèle aussi que le Seigneur veut accomplir beaucoup de choses sur la terre par l’intermédiaire de son peuple et que de ce fait la volonté de ses enfants doit vraiment être au diapason avec la sienne, et c’est surtout là que le bas blesse. La volonté de l’homme est un facteur déterminant dans la réalisation de la pensée Divine dans notre pauvre monde. Avant notre rencontre avec le Christ notre volonté avait cette fâcheuse habitude de nous satisfaire en premier, et même après des années de conversion, ne distinguons-nous pas souvent son joug tyrannique dans nos vies ? N’est- ce pas elle qui nous pousse encore par moment à la désobéissance ? Pouvant même prendre des formes religieuses pour mieux s’imposer ? En Christ, notre volonté a changé de maître et doit s’appliquer par la grâce et la puissance de Dieu à toujours chercher à s’ajuster au maximum à celle du Seigneur. Cette pensée a pour objectif de nous rappeler l’importance capitale de laisser Dieu commencer ou continuer à sanctifier notre volonté pour qu’elle soit pleinement au service du Maître. Nous allons voir comment la main de Dieu peut être contre nous dans diverses circonstances pour nous délivrer de cette séduction pernicieuse qui consiste à adorer un autre dieu : notre propre volonté, notre propre moi, notre propre personne. C'est-à-dire de se satisfaire soi-même, même dans les choses concernant le royaume de Dieu, au lieu de rechercher la satisfaction du cœur de notre Père. Cette satisfaction n’existera que dans la mesure où le chrétien accepte sans discuter et sans relâche de faire mourir sa propre volonté tous les jours de sa vie. Notre organe volitif est comme une graine indomptée qui doit être placée en terre afin de mourir pour porter beaucoup de fruits dans le Seigneur. Il a mis devant nous le chemin de la bénédiction (en Christ) et celui de la malédiction (hors christ) et toute notre vie nous serons amenés à choisir librement sur lequel nous voulons vraiment marcher. En effet, notre volonté sera toujours souveraine pour choisir, soit de vivre selon la chair avec les tendances de la chair qui conduisent à la mort car ennemies de Dieu, soit d’obéir et de vivre selon l’esprit avec les tendances de l’Esprit qui elles nous conduisent à la vie et à la paix. Elle est un gouvernail qui ne doit pas manquer de nous conduire à une acceptation totale de celle du Seigneur ; appliquée dans ce sens, elle devient une nourriture indispensable pour une bonne croissance spirituelle, « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre (Jn 4/34) ». « La parole de l’Eternel fut adressée à Jonas, fils d’Amittaï, en ces mots : Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! Car sa méchanceté est montée jusqu’à moi. Alors Jonas se leva pour s’enfuir à Tarsis, loin de la face de l’Eternel. Il descendit à Jaffa et trouva un navire qui allait à Tarsis ; il paya le prix du transport et s’embarqua avec les gens pour aller à Tarsis, loin de la face de l’Eternel (Jon 1/1, 3) ». Sommes-nous de ces chrétiens et chrétiennes à qui le Saint-Esprit a déjà pu faire découvrir leur penchant naturel à la désobéissance ? Notamment lorsque nous sommes placés dans des situations qui ne nous plaisent pas ? Ou lorsque nous sommes occupés avec nos responsabilités terrestres ? Ou simplement en fonction de nos envies ou de nos préférences ? Ce n’est pas parce que nous sommes des chrétiens engagés, aimant le Seigneur et voulant le servir sincèrement que nous sommes pour autant à l’abri d’imposer notre propre volonté dans telle ou telle situation, contrariant ainsi considérablement l’œuvre du Seigneur. Dans l’épisode de la première multiplication des pains (Mt 14) nous voyons clairement ce phénomène à l’œuvre. Au verset 15, les disciples du Seigneur lui expriment leur façon à eux de répondre aux besoins de cette foule affamée alors que Jésus veut plutôt les amener au miracle. En terme de service en faveur du prochain, voici deux volontés qui se côtoient le plus simplement du monde, celle de Dieu et celle des hommes ; la bonne attitude des disciples sera de faire plier leur propre volonté devant celle du Seigneur. Nous devons comprendre que le Seigneur est attristé chaque fois que sa volonté est freinée et mise de côté, et cela se produit plus souvent qu’on ne le pense. Au delà des âges, nous avons dans ce texte, un exemple flagrant, de ce qui retient le bras du Seigneur Jésus-Christ d’opérer aujourd’hui ses miracles au sein de son Eglise. La volonté de ses enfants est souvent plus forte que la sienne, ce qui les entraîne à la désobéissance et à expérimenter des réalités spirituelles largement plus fades que ce que Dieu aurait souhaité. Nous pouvons comme Jonas être capables d’entendre la voix de Dieu, recevoir des missions, exercer un ministère important, certainement porter du fruit, sans pour autant avoir livré entièrement sa volonté à Dieu pour qu’elle soit traitée et brisée à la croix. Notre union au Seigneur passe inévitablement par un abandon sans réserve de notre volonté qui aime tenir les rênes de toutes choses dans nos vies, et bien souvent dans celles des autres. Etre obéissant dans un certain nombre de pratiques religieuses ne suffit pas, offrir un certain nombre de sacrifices (louanges, prières, prophéties, prédications, visites etc.) ne suffit pas, ce que notre Père désire, ce sont des enfants qui comprennent la valeur fondamentale d’une obéissance sans condition et qui s’y engagent totalement tous les jours de leur vie. La véritable valeur ne notre engagement au Seigneur ne se traduira pas forcement par des sacrifices extérieurs mais surtout par une volonté résolument tournée vers une obéissance inconditionnelle à la Parole de Dieu, qu’elle soit écrite ou verbale. « L’Eternel trouve-t-il autant de plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, que dans l’obéissance à la voix de l’Eternel ? Voici : L’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et la soumission vaut mieux que la graisse des béliers (1 S 15/22) ». Citation d'oswald chambers "Si vous m'aimez, gardez mes commandements. Jean 14,v.15" Notre Seigneur ne nous contraint jamais à l'obéissance. Il nous dit très catégoriquement ce que nous avons à faire, mais ensuite il nous laisse libres. Notre obéissance doit résulter de notre communion avec lui. C'est pourquoi, lorsque le Seigneur nous invite à être ses disciples, il y met toujours un " Si ". " Si quelqu'un veut être mon disciple, qu'il renonce à lui-même. " Le Seigneur ne nous propose pas de nous assurer une " bonne situation " dans l'éternité, mais de nous utiliser en nous gardant sous sa dépendance, c'est pourquoi ses paroles nous semblent si sévères (voir Luc 14, v. 26) : " Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père... " Mais attention, n'interprétez jamais ces paroles en les séparant de Celui qui les a prononcées. Le Seigneur ne me donne pas de règles, mais il me propose très clairement un idéal de vie. Si j'ai pour lui un véritable amour, je ferai ce qu'il me dit sans aucune hésitation. Si j'hésite, c'est parce qu'il y a quelqu'un que j'aime plus que lui, et ce quelqu'un, c'est moi-même. Jésus-Christ ne m'obligera pas à lui obéir, il faut que je le fasse de moi-même, et en le faisant, j'accomplirai ma véritable destinée spirituelle. Mes journées peuvent être remplies d'une quantité de petits incidents négligeables et médiocres. Mais si j'obéis à Jésus-Christ dans ces circonstances qui paraissent survenir par hasard, elles deviendront comme des trous d'épingles par lesquels Dieu m'apparaîtra. Et un jour, je découvrirai que, par mon obéissance, beaucoup d'âmes ont été bénies. La Rédemption qui amène à l'obéissance est toujours créatrice de salut. A travers mon obéissance le Dieu Tout-Puissant lui-même, agit. Oswald chambers Dans nombres 22, il est encore intéressant de considérer la démarche du prophète Balaam qui lui aussi, étant capable d’entendre et de proclamer la vérité de Dieu, a pourtant cédé devant les honneurs et a aimé un salaire injuste. Que voyons-nous une nouvelle fois ici ? Un serviteur de Dieu, établi par Dieu, persuadé peut-être qu’il avait abandonné toute volonté personnelle entre les mains de son Créateur. Mais ne se connaissant pas lui-même, influencé par sa volonté propre, il n’a pu rester indifférent à de sombres avantages. "Loin de nous de lui jeter la pierre, car où est-il, celui ou celle parmi-nous, qui est indifférent à un petit gain matériel, insensible aux honneurs, à la liberté ou à une position avantageuse ? Si la croix n’a pas eu sur nos vies toute latitude pour nous libérer complètement du pouvoir despotique de notre volonté propre, tôt ou tard elle se rappellera à notre bon souvenir, particulièrement à l’heure de l’épreuve. Dans tous les actes où le moi de l’homme s’immisce, ces mêmes actes perdront de la valeur spirituelle. La désobéissance est attachée à l’homme depuis sa naissance et ce n’est pas une fois qu’il devient chrétien qu’elle disparaît, mais bien après avoir été disciplinée par le Seigneur." « Lève-toi, va à Ninive », n’est ce pas une voix qui se fait entendre souvent à nos cœurs ? « Lève toi et témoigne, vaincs ta timidité et prophétise, va à l’église même si tu n’es pas d’accord avec tout, repends toi lorsque je t’en fais ressentir le besoin, pardonne le mal qu’on te fait, va te réconcilier, entre dans ta chambre et prie, soit prudent dans tes finances, lève toi et consacre toi, sanctifie ta maison et tout ce que tu vas mettre devant tes yeux, ne t’assieds pas en compagnie des moqueurs, pratique mes commandements que tu lis dans ma Parole, retrouve ton premier amour, aime ton prochain comme toi-même, mets ton plaisir à méditer ma Parole, cherche ton Dieu pendant tes loisirs, arrête tes excès de table, arrête la médisance, mets ton voile quand tu pries, honore ton père et ta mère, ne t’associe pas avec les ténèbres d’une manière ou d’une autre, ne répudie pas ton épouse ou ton époux mais trouve le moyen de reconstruire, accepte de mourir à toi-même, n’aime pas le monde ni ce que tu y trouves. » « Jonas se leva pour s’enfuir à Tarsis, loin de la face de l’Eternel », n’est ce pas bien souvent notre réaction devant les exigences du Saint-Esprit ? Bien disproportionnée il est vrai, par rapport à nos engagements pris le dimanche matin ou lors de certains moments forts avec le Seigneur, nos « Ninives » se transforment si souvent en « Tarsis ». Entre nos moments d’exaltation dans le Seigneur où nos engagements sont fermes et définitifs et la fournaise de nos épreuves qui brûle nos élans comme de la paille, il y a une incompréhension de taille. Entendre la voix de Dieu par son Esprit est très facile, y obéir promptement et s’y soumettre sans rechigner l’est beaucoup moins. Il va falloir de toute urgence que le Seigneur nous aide en installant un principe dans nos vies : la correction. Nous allons voir comment ; mais il est primordial que nous ayons d’abord accepté le fait que nous sommes désobéissants par nature ! Si nous sommes de ceux qui sont convaincus d’être des héros de la foi comme Pierre l’était au moment de son reniement, attendons-nous à de pénibles lendemains de désillusions. Il nous faut apprendre à nous connaître nous-mêmes pour être propulsés dans une recherche de la connaissance de Jésus-Christ. Ceux qui ne se savent pas malades n’ont pas besoin de médecin. « Mais l’Eternel fit souffler un grand vent sur la mer, et il s’éleva sur la mer une grande tempête. Le navire menaçait de se briser. Les marins eurent peur (Jon 1/4,5) ». « Mon fils, ne prends pas à la légère la correction (éducation) du Seigneur, et ne te décourage pas lorsqu’il te reprend. Car le Seigneur corrige celui qu’il aime et frappe de verges tout fils qu’il agrée. Supportez la correction ; c’est comme des fils que Dieu vous traite…/…Dieu nous corrige pour notre véritable intérêt, afin de nous faire participer à sa sainteté. Toute correction, il est vrai, paraît être au premier abord un sujet de tristesse et non de joie ; mais plus tard elle procure un paisible fruit de justice à ceux qu’elle a formés (Hé 12) ». En réponse à la désobéissance de Jonas il y a la main de Dieu qui provoque une tempête, en réponse à nos désobéissances c’est le Saint-Esprit qui provoquera autant de fois que cela est nécessaire les épreuves qui vont nous éduquer, nous corriger. Nous parlons bien ici de correction en terme d’éducation et non pas de punition. Ce n’est pas pour nous sanctionner au sens le plus péjoratif du terme mais au sens le plus noble. Il est bon d’insister que c’est bien un acte d’amour irremplaçable du Seigneur lorsqu’Il permettra que nos vies soient « agressées » par de nombreuses circonstances désagréables, déplaisantes et blessantes. Nous parlons de tempêtes qui vont ballotter la barque de nos vies au point d’être menacée de se briser. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, le Seigneur se propose de briser nos volontés afin qu’elles cessent de s’endurcir et qu’elles se tournent résolument et naturellement vers l’obéissance. Le Seigneur construira nos journées de manière à ce que nous soyons confrontés à des « croix », dressées devant nous pour nous amener, si nous les acceptons, à céder devant le Seigneur. Notre organe volitif est tellement têtu que c’est à ce prix là que nous expérimenterons un total abandon à la volonté de Dieu. Aucune prière, aucune imposition des mains, aucun jeûne, aucune doctrine ne pourront remplacer la discipline de l’Esprit Saint. Nous devons comprendre et accepter que si nous sommes au Seigneur ce n’est plus pour vivre pour nous-mêmes mais bien pour être unis à la volonté de Dieu. Et cela a un prix. Chaque fois que Dieu fera « souffler un grand vent » sur nos vies, il nous faudra nous y soumettre et marcher par la foi comme Jésus a marché. Jésus s’est dépouillé lui-même, prenant une condition d’esclave, il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort sur la croix. Tel sera notre chemin si nous désirons répondre à Son appel favorablement, sans murmures et sans discussions. Le Seigneur a appris, bien qu’Il fût Fils, l’obéissance par ce qu’Il a souffert et nous, nous voudrions apprendre l’obéissance par un autre moyen ? Beaucoup de chrétiens prennent à la légère les corrections du Seigneur par profonde ignorance ; lorsque le Seigneur les corrige en les frappant de verges ils se découragent rapidement. Dans ces conditions, satan a tout le loisir de les tromper avec ses mensonges et de les garder dans un état de constante défaite. Ils s’imaginent que les véritables épreuves sont faites d’un autre acabit et ont beaucoup de mal à y distinguer une œuvre de Dieu. Leur première réaction sera de tout rejeter en bloc et c’est ainsi que leur foi éprouvée ne produira rien. Comme les disciples dans la barque, le caractère agressif de la chose les pousse plutôt à obliger Jésus à arrêter leur tempête plutôt que de la traverser par la foi. La souffrance étant très désagréable à vivre notre tendance naturelle est de la fuir et ainsi de ne pas pouvoir discerner son caractère disciplinaire. Mais le Seigneur poursuivra ses tentatives avec fidélité jusqu’à ce que nous cédions enfin, car le véritable intérêt de cette œuvre est de nous faire participer à Sa glorieuse sainteté. Comme Il a pouvoir sur toute chair Il aura la puissance de nous aider dans toutes ces choses qui nous dépassent souvent. « Avant d’avoir été humilié, je m’égarais ; maintenant j’observe ta Parole (Ps 119/67). Il m’est bon d’être humilié, afin que j’apprenne tes prescriptions (Ps 119/71). Je reconnais, Eternel ! Que tes jugements sont justes ; c’est par fidélité que tu m’as humilié (Ps119/75) ». Généralement, les épreuves nous blessent dans notre orgueil et nous humilient profondément, ce qui occasionne une rupture salutaire quelque part en nous. Dans la suite du temps, avec un peu de recul, nous nous apercevrons toujours que le fait d’accepter les tempêtes du Seigneur nous délivre puissamment et durablement de nos égarements, de nos désobéissances à sa voix, à sa Parole. Une volonté sanctifiée va peu à peu voir le jour et avec le temps ; après avoir bien assimilé ce processus Divin ; nous nous surprendrons à traverser de plus en plus les épreuves au lieu de les fuir et donc d’en reconnaître vraiment les bienfaits. Ce n’est pas pour autant que la souffrance disparaîtra car le Seigneur désirera certainement continuer à nous libérer complètement de notre volonté désobéissante. Il suscitera encore et encore des croix pour nous discipliner et son cœur de Père se réjouira de constater jour après jour les bienfaits de ses corrections. Et quoique notre chair en pense, sa fidélité à nous humilier par l’épreuve sera notre salut, c’est là le chemin d’une pleine délivrance. "Pour ceux et celles qui ont soif du Seigneur je voudrais leur assurer que la plus grande marque de l’amour de Dieu dans une vie ne peut être que l’humiliation, car Dieu abaissera toujours son enfant pour mieux l’élever. D’une certaine manière, Dieu élèvera son enfant humilié au même rang que son Fils bien aimé, que son nom soit béni." « L’Eternel fit intervenir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas demeura dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits. Jonas, dans les entrailles du poisson, pria l’Eternel son Dieu (Jon 2) ». Pour ceux et celles qui comprennent parfaitement ce qui est écrit plus haut et ceux qui ont l’habitude de ces choses, j’aimerais vous encourager à persévérer dans cette voie, je veux vous confirmer par ces quelques lignes que les choix que vous avez faits sont les meilleurs que vous puissiez faire. Nous voyons dans ce passage des Ecritures un extraordinaire type du sacrifice de Jésus sur la croix. Dieu a permis que « ce grand poisson » engloutisse son Fils qui Lui aussi, du fond des entrailles de la croix, s’adressa à l’Eternel son Dieu en disant: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Mt 27/46) ». Les croix (les grands poissons) que le Seigneur permet dans nos vies pour nous discipliner ont cette « saveur », et dans cette expression de Jésus et celles de Jonas nous pouvons si bien retrouver les accents de détresse qui nous sont à tous commun : « Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Eternel et Il m’a répondu ; du sein du séjour des morts j’ai appelé au secours, et tu as écouté ma voix. Tu m’as jeté dans un bas-fond au cœur des mers, et les courants d’eau m’ont environné ; toutes tes vagues et tous tes flots ont passés sur moi et moi je disais : Je suis chassé loin de tes yeux ! Mais je contemplerai encore ton saint temple. Les eaux m’ont couvert jusqu’à la gorge, l’abîme m’a enserré, des joncs se sont noués autour de ma tête. Je suis descendu jusqu’aux ancrages des montagnes, les verrous de la terre m’enfermaient pour toujours ; mais tu m’as fait remonter vivant du gouffre, Eternel mon Dieu ! Quand mon âme était abattue au-dedans de moi, je me suis souvenu de l’Eternel, et ma prière est parvenue jusqu’à toi, jusqu’à ton saint temple (Jon 2) ». Lorsque l’épreuve disciplinaire nous frappe nous observons dans notre cœur un mélange d’interrogations, de sentiments de mort, de vents contraires, qui ont pour mission de nous faire capituler. Il y a à ce moment là une véritable crise qui nous fait descendre jusqu’aux ancrages des montagnes, suivie, au bout d’un certain nombre de jours, d’une rencontre puissante avec le « consolateur ». Pour que la vie de résurrection ait pu se manifester dans une vie, il faut que la mort de la croix ait pu faire d’abord son œuvre sans obstacle. Le Seigneur ne se lasse pas de nous répéter jour après jour que notre foi ne doit pas servir à le forcer à arrêter nos tempêtes mais plutôt à les traverser. C’est Lui qui gouverne nos épreuves, qui les mesure avec soin, qui nous y accompagne à chaque fois, et qui à un moment choisi de lui ordonnera de s’achever. Il est le Maître et c’est Jésus qui décide des combats de nos vies et c’est lui qui aura toujours le dernier mot : « Mais je sais que mon rédempteur est vivant, et qu’il se lèvera le dernier sur la terre (ou dans mon épreuve) (Job 19/25) ». Alors « L’Eternel parla au poisson qui vomit Jonas sur la terre ferme (Jon 2/11) ». Nos croix sont soumises au Créateur, c’est à sa Parole vivante que nous serons « vomis » sur une terre nouvelle pour une obéissance nouvelle pleine de joie et de paix. Une volonté soumise comme une épouse soumise à son époux sans contrainte d’aucune sorte. Citation de Charles Spurgeon "Garde et écoute toutes ces choses que je te commande, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, à jamais, lorsque tu auras fait ce que l'Eternel, ton Dieu approuve et qu'il trouve bon et droit. (Deutéronome 12:28)" Si le salut ne s'obtient pas par les oeuvres de la loi, les bénédictions promises à l'obéissance ne sont point refusées au fidèle serviteur de Dieu. Les malédictions du Seigneur ont pris fin au moment où il a été fait malédiction pour nous, mais aucune promesse de bénédiction n'a été retirée. Nous devons étudier et rechercher la volonté de Dieu, en faisant attention, non pas seulement à certaines parties de sa Parole, mais à "toutes les choses qu'il nous commande." Nous n'avons à faire ni choix, ni triage dans ses paroles, mais à garder un respect impartial pour tout ce que Dieu prescrit. C'est là la route de la bénédiction pour le père comme pour ses enfants. Elle reposera sur eux jusqu'à la millième génération s'ils sont de ceux qui le craignent. Et l'Eternel donnera à connaître à tous que ceux qui agissent droitement forment un peuple qu'il bénit. Nous ne trouverons aucune bénédiction dans une vie mondaine et partagée, et ne tirerons aucun profit d'une conduite déloyale. Les choses ne marcheront bien pour nous, que si nous marchons avec Dieu. Mettons donc notre plaisir dans les choses où Dieu prend son plaisir. Charles Spurgeon « La parole de l’Eternel fut adressée à Jonas une seconde fois, en ces mots : Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et fais-y la proclamation que je te dis ! Alors Jonas se leva ; il alla à Ninive, selon la parole de l’Eternel (Jon 3/1,2,3) ». « Alors Jonas se leva ; il alla… » Voilà l’aboutissement de l’œuvre de Dieu, une obéissance inconditionnelle, ferme, qui ne bloque plus la volonté de Dieu et qui va de l’avant dans une carrière pleinement ouverte. Ce n’est plus une consécration basée sur des interprétations souillées par nos propres désirs mais bien sur la volonté du Seigneur. Telle une épouse au cœur circoncis, fidèle et soumise à son époux, marchant dans une harmonie parfaite et vêtue de la justice de Dieu, nous jouirons alors sans effort et sans artifices d’une pleine révélation des pensées de Dieu et de ses voies. Nous serons libérés enfin de nous-mêmes pour mieux nous attacher à Lui. « Le vent (l’Esprit) souffle où il veut, et tu en entends le bruit (la voix) ; mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va (Jn 3/8) ». Le drame pour beaucoup d’enfants de Dieu, c’est qu’ils insistent auprès de Dieu pour que l’Esprit souffle là où ils le veulent, sans se soucier que Dieu a peut être une autre volonté et d’autres projets. Comme nous ne savons pas d’où il vient et où il va, c’est à nous de nous déplacer, de changer de cap et de vouloir demeurer là où il souffle. Ce n’est qu’une fois libérée par la croix que notre volonté s’harmonisera avec ce principe Divin. Frères et sœurs, unissons nous tous ensemble dans cet unique objectif, prions avec insistance pour que le bras Divin nous conduise dans cette plénitude. Unissons-nous pour prêcher Christ et Christ crucifié, scandale pour les uns et folie pour les autres, mais puissance et sagesse de Dieu. Notre volonté sanctifiée sera utilisée par le Saint Esprit pour annoncer la repentance avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance. Notre volonté sanctifiée suivra le Christ partout où il ira et nous contemplerons les merveilles de son œuvre. Seigneur, non pas ce que nous voulons mais ce que toi tu veux ! Soyez richement bénis

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact