Progresser dans sa consécration à Jésus-Christ.

09:46Ministere MotsdeDieu

Prends ta propre vie, celle que tu aimes ; ne te conforme pas au monde ; quitte ton confort et consacre toi pour offrir ta vie à Dieu comme un sacrifice vivant ! C’est l’appel du cœur de Dieu que seules ses brebis peuvent percevoir. Seuls ses enfants qui connaissent la voix du bon berger peuvent distinguer dans le brouhaha infernal de ce monde. « Prends donc ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en dans le pays de Moryja et là, offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je t’indiquerai (Gn 22/2) ». C’est l’appel de Dieu pour nos vies, appel solennel et majestueux sortant de son cœur pour tous ceux et celles qui ont soif de le satisfaire. Nous savons par expérience que rien ne peut remplacer le contentement intérieur d’une vie qui s’incline pour obéir. C’est l’appel du cœur de Dieu que seules ses brebis peuvent percevoir, que seuls ses enfants qui connaissent la voix du bon berger peuvent distinguer dans le brouhaha infernal de ce monde. Il retentit à travers toute la Bible comme un son continu sans se lasser sachant pertinemment qu’il trouvera un écho favorable dans beaucoup de cœurs car Dieu prépare une épouse fidèle et sans tache pour Son Fils. " Prends ta propre vie, celle que tu aimes ; ne te conforme pas au monde ; quitte ton confort et consacre toi pour offrir ta vie à Dieu comme un sacrifice vivant ! " N’est- ce pas cette même ardente passion que nous percevons dans l’expression de Moïse à son époque, et du Seigneur Jésus-Christ aujourd’hui ? " A moi ceux qui sont pour l’Eternel ! (Ex 32/26) " ; Ou que dire également de l’engagement dont était animé Josué à l’orée de sa mort, exprimé avec tant de ferveur face au peuple : " Moi et ma maison, nous servirons l’Eternel (Jos 24/15)." Leurs priorités absolues étaient de s’occuper des affaires de leur Dieu. Qui entendra encore l’appel véritable de Dieu qui ne consiste pas dans une consécration où le « faire » prend les commandes d’une manière débridée dans tous les aspects de la spiritualité mais d’abord et surtout dans le « être », par la puissance de l’Esprit saint ? " Prends ta propre vie, celle que tu aimes ; ne te conforme pas au monde ; quitte ton confort et consacre toi pour offrir ta vie à Dieu comme un sacrifice vivant ! " Ceci étant souligné, je voudrais aborder maintenant le cœur de ma pensée en soulignant que cet appel Divin n’est pas resté sans effet pour beaucoup. Un bon nombre d’enfants de Dieu ont accepté de prendre leur bâton de pèlerin, et par la foi de gravir leur propre « Moryja », passage obligé pour une vie spirituelle plus profonde. Mais le Seigneur voit que certains ont la désagréable impression de ne plus grandir en Christ, de stagner spirituellement, d’être bloqués dans leur recherche de Dieu en haut de leur montagne. Ils essayent de s’élever à travers l’offrande de leur vie mais rien n’y fait, ils tournent en rond dans leur désert intérieur souffrant de ne pouvoir entrer dans cette terre promise où le Seigneur Jésus-Christ deviendrait leur pleine satisfaction. La raison est celle-ci : " C’est par leur propre force qu’ils essayent d’hériter les bénédictions du royaume de Dieu, c’est par la force de leur bras qu’ils espèrent gagner le ciel, c’est par leur force de caractère qu’ils s’imaginent pouvoir pénétrer plus profondément les choses spirituelles, c'est-à-dire par la chair et le sang." Or " la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité (1 Co 15/50) ". Il est bon de rappeler ici que « la chair, dit le Seigneur Jésus, ne sert de rien (Jn 6/63) » Ce qui est né de la chair est chair, et ne pourra jamais être autre chose. Qu’il s’agisse de la chair du prédicateur ou de la chair de l’auditoire, de la chair dans les prières, de la chair dans notre consécration et notre sanctification, dans aucun de ces cas, déclare le Seigneur, elle ne peut servir à quoi que ce soit. En déployant un zèle passionné pour nous approcher de Dieu nous allons très vite être confrontés à nos insuffisances et déficiences, ce qui aura pour effet de bloquer toute progression spirituelle. Au sommet de notre « Moryja » nous nous rendons compte qu’il nous manque une échelle pour atteindre le ciel. Notre chair ne peut profiter en aucune manière de la vie de résurrection, elle ne pourra jamais pénétrer le lieu très saint par elle-même ou par ses œuvres, elle ne sera jamais d’une aide quelconque pour nous élever aux cieux. C’est pour cette raison que Dieu ne porta pas un regard favorable sur le sacrifice de Caïn, car il provenait de l’effort, de la puissance et de la force d’un homme. Jésus nous demande de lui offrir notre vie en offrande mais pas n’importe comment car « ce n’est ni par puissance, ni par la force, mais c’est par mon Esprit, dit l’Eternel des armées (Za 4/6) ». C’est aussi pour cette raison que le veau d’or fût rejeté par Dieu et réduit en poussière par son serviteur (Ex 32). Cette « adoration », offerte sincèrement en l’honneur de l’Eternel a tourné court car elle provenait d’un élan humain, elle reflétait toute l’horreur de la conception humaine des choses spirituelles, et non pas de Dieu. Jésus demande de la part de son Eglise une louange et une adoration par son Esprit, tout autre support et outils charnels, même utilisés sincèrement, seront repoussés et refusés. C’est à lui de « tirer » des louanges de la bouche de ses enfants, cela doit être son œuvre : « tu as tiré des louanges de la bouche des enfants… (Mt 21/16) ». Ainsi il est plus aisé de comprendre que c’est à Dieu de « tirer » de nos vies tout ce qu’Il veut y trouver, Il est assez puissant pour le créer sans notre aide, notre part restant simplement de chercher et d’accepter sa volonté. Le projet de la construction de la tour de Babel (Gn 11) ne fût pas attesté par Dieu car le mobile des bâtisseurs n’était pas pur : « faisons-nous un nom ». Ce n’est pas l’Esprit de Dieu qui les encourageait à bâtir mais leur désir d’atteindre le ciel par leurs propres moyens terrestres. Jésus nous demande de la prudence dans nos constructions en matière de mariage, de consécration, de services, d’exercice de ministère, d’études et de vie professionnelle car encore une fois : « Si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain (Ps 127/1) ». Nous pouvons nous aussi tomber dans le piège d’essayer d’atteindre le ciel par nos propres efforts, ce genre de construction est voué à l’échec. L’offrande d’Elie le prophète fut acceptée et consumée par le feu de Dieu parce qu’il n’a rien fait par ses propres moyens mais a laissé son Dieu agir à sa guise. L’offrande d’Abel fut également acceptée car elle n’évoquait et ne symbolisait en aucune manière un sacrifice porté par les qualités de la nature humaine. Toute la gloire pouvait ainsi revenir à Dieu et non pas aux efforts d’un homme. « Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur (1 Co 1/30) ». Il nous faut comprendre que Dieu n’est pas forcément contre tous nos élans de cœur et veut honorer toutes démarches qui consistent à se rapprocher de Lui. Il a vraiment apprécié qu’Abraham réponde à son appel et se mette en marche vers «Moryja » par choix, voilà la part de l’homme, voilà notre seule part dans notre consécration, choisir de répondre à tous les appels que le Seigneur suscitera dans nos vies. Mais à un moment donné, comme Abraham, il nous faudra comprendre et accepter pareillement que nos efforts doivent disparaître pour laisser la pleine liberté d’action à l’Esprit de Jésus, vivant en nous, c’est à lui de prendre les choses en main. C’est à lui et à lui seul d’offrir au Père l’offrande de nos vies. En d’autres termes, c’est à Dieu (Esprit) d’offrir à Dieu (Père). Dieu apporte la solution à son enfant perplexe en lui dévoilant le bélier placé à côté de lui pour remplacer Isaac. Ce qu’il nous faut déchiffrer derrière cela frères et sœurs, c’est que Dieu a donné son Christ pour nous remplacer radicalement dans toute notre vie chrétienne. Si cette vérité ne nous a pas été clairement révélée nous vivrons une vie chrétienne faite de blocages et de défaites intérieurs avec la tristesse qui en découle. Il s’agit bien d’une substitution, ceci est la base de la vie de Dieu en nous. Si ce fondement n’est pas clairement installé dans nos cœurs par le Saint-Esprit, ce n’est que superficiellement que nous bâtirons. Si nous sommes encore à essayer d’accommoder la vie nouvelle de Christ à l’ancienne nous faisons fausse route. "Nous devons avoir la révélation que notre vieille nature doit aller à la croix et y rester pour faire place à la nouvelle. Prenons garde, car il est vraiment possible d’habiller notre ancienne nature avec soin pour ressembler à la nouvelle, mais ce n’est que « religion morte » qui n’apporte aucune véritable victoire. Il ne suffit pas d’adopter une phraséologie biblique pour faire de nous de nouvelles créatures. Nous avons besoin d’expérimenter le miracle de la révélation divine. Il nous faut relire attentivement l’expérience du jeune serviteur d’Elisée, Guéhazi (2 R 6/16), pour comprendre ce que je veux dire par « révélation divine ». Dieu doit nous ouvrir les yeux lui-même, cette forme de compréhension ne peut provenir de nos réflexions et déductions humaines, aucune force terrestre ne peut nous y faire rentrer : « la chair, dit le Seigneur Jésus, ne sert de rien (Jn 6/63) »." Il nous faut impérativement et de façon urgente l’aide du Saint Esprit pour que nous détournions nos regards de nous-mêmes pour les fixer d’une manière définitive sur Jésus-Christ, l’agneau de Dieu qui doit prendre notre place pour toutes choses. C’est ce que voulait dire l’apôtre Paul lorsqu’il demande à Dieu de donner aux Ephésiens un esprit de révélation pour qu’ils puissent connaître le Christ autrement que par leur conception naturelle. Connaître le Seigneur Jésus avec son intelligence seulement occasionne de sérieux et dangereux blocages spirituels. Pour voir avec le cœur, et donc expérimenter un plein salut, les yeux de notre cœur doivent être illuminés par la lumière de Dieu. Cette grâce est indispensable pour mesurer l’espérance qui s’attache à son appel et la glorieuse richesse de son héritage au milieu des saints : « afin que vous sachiez…/…la grandeur surabondante de sa puissance envers nous qui croyons selon l’action souveraine de sa force. Il l’a mise en action dans le Christ, en le ressuscitant d’entre les morts et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute principauté, autorité, puissance, souveraineté, au-dessus de tout nom qui peut se nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds et l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. (Ep 1) ». Paul enfonce le clou en (Galate 1/11,12) en spécifiant que l’évangile qu’il annonçait ne venait pas de la « chair et du sang », c'est-à-dire des hommes, mais d’une révélation de Dieu. Voilà pourquoi l’Esprit de Jésus veut nous aider à détourner les regards de notre pauvre condition humaine incapable et dépassée, et à les tourner vers celui que Dieu a préparé pour Sa propre satisfaction : « Or, c’est par lui que vous êtes en Christ-Jésus qui, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, et aussi justice, sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit : Que celui qui se glorifie se glorifie dans le seigneur (1 Co 1/30) ». Si vous vous sentez concernés par ces quelques phrases sachez que la délivrance se trouve à côté de vous et ne demande qu’à se manifester à votre cœur. Faites l’expérience maintenant, seul avec Jésus, demandez-Lui de vous dévoiler l’Agneau qu’Il a placé à côté de vous et demandez-Lui de prendre intégralement les commandes de votre vie. Demandez-Lui de prendre votre place (et non pas de vous améliorer), de piloter entièrement votre vie de prière, votre consécration et votre sanctification, vos prédications, votre témoignage, votre famille, votre couple, vos enfants, votre église. « Ce n’est ni par puissance, ni par la force, mais c’est par mon Esprit, dit l’Eternel des armées (Za 4/6) ». Demandez-le-Lui car c’est à Dieu de le faire. Il sait parfaitement bien qu’une fois arrivés au sommet de notre « Moryja » nous ne pourrons pas aller plus haut vers le ciel et vers Lui, c’est physiquement impossible, notre part s’arrête ici, il faut l’accepter et ne plus essayer de réaliser ce que Lui-seul a la puissance de faire. Il veut ouvrir les yeux de notre cœur pour que nous puissions distinguer qu’Il a tout prévu d’avance et que « l’échelle » qui nous permettra de le rejoindre au ciel et de nous « asseoir à côté de Lui en Christ » est à notre portée. Cette échelle se nomme Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu, c’est à lui qu’incombe la responsabilité de nous introduire dans la présence du Père et de manifester sa vie de résurrection en nous, mais c’est à nous qu’incombe la responsabilité de lui demander de prendre toute la place dans notre cœur et de se révéler comme Il l’entend. Ensuite ce sera encore notre responsabilité de rester dans cette démarche de foi. Dieu veut vraiment opérer cet échange dans nos vies afin de nous combler de bénédictions, mais cela ne se fera pas sans notre consentement. Tant que nous nous imaginerons avoir le dynamisme naturel pour réaliser ces choses par nous-mêmes, nous bloquerons notre marche spirituelle en nous éloignant du « vent de l’Esprit » car : « le vent (l’Esprit) souffle où il veut (Jn 3/8) », c’est à nous de nous soumettre et non pas le contraire. C’est vraiment cet élan d’obéissance qui doit nous animer. Du soir au matin nous devons insister au trône de la grâce pour que se réalise ce puissant miracle. " Seigneur, je me suis tellement épuisé à vouloir y arriver sans cesse par mes propres efforts, mon cœur est abattu devant mes incapacités à te faire plaisir, mes blocages me font perdre un temps précieux et n’ayant pas expérimenté la consolation je ne peux donc pas consoler les autres, j’ai besoin que tu m’aides à m’abandonner entièrement et définitivement à toi et trouver ainsi le repos de mon âme ; Viens Seigneur Jésus-Christ et règne en moi car j’ai compris que la seule chose que notre Père agrée, c’est ce qui provient de Toi. " « Venez à moi, vous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger (Mt 11/28) ». Dieu suscitera de nombreux « Moryja » dans nos vies mais Il nous assure également que tous porteront le nom de « Adonaï-Yireéh », c'est-à-dire celui qui voit (de quoi nous sommes fait, d’une nature corrompue qui ne peut satisfaire Dieu en quoique ce soit) et qui pourvoit (en nous remplaçant par une nature incorruptible, par son agneau sans tâches, son Fils, Jésus-Christ qui seul peut satisfaire Dieu). « La chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité (1 Co 15/50) ». Dieu veut nous combler de sa grâce afin que nous puissions saisir l’importance capitale de bien lui laisser toute liberté d’action pour qu’il puisse premièrement, poser dans nos vies le seul fondement, savoir Jésus-Christ ; et deuxièmement, nous avons besoin de sa grâce pour bâtir sur ce fondement avec de l’or, de l’argent et des pierres précieuses. L’avènement de son Christ révèlera l’œuvre de chacun et fera connaître avec quel matériau nous avons bâti, le feu éprouvera de qu’elle nature est l’œuvre de chacun : « si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il en subira la perte ; pour lui il sera sauvé, mais comme au travers du feu (1 Co 3/14) ». En conclusion je voudrais que l’on se souvienne qu’en Christ nous sommes devenus de nouvelles créatures, et que les choses anciennes sont passées, toutes choses deviennent donc nouvelles. Tout est de Dieu et pour Dieu. La connaissance de cette nouvelle vie ne peut se faire par nos propres efforts terrestres, d’où les nombreux blocages que l’on peut rencontrer dans la vie de beaucoup d’enfants de Dieu aujourd’hui. Christ a achevé l’œuvre, c’est à nous de cesser de bâtir avec nos efforts personnels, nous tourner résolument vers Lui et nous placer en Lui par la foi. En prenant son joug et en recevant ses instructions, nous devons proclamer désormais : " A partir de maintenant, je suis prêt à laisser mourir les choses anciennes, et je me confie en Jésus, de jour en jour, pour qu’Il fasse toutes choses nouvelles. Seigneur, règne en moi, roi puissant, règne en moi, maîtrise tout mon être pour que tu puisses trouver dans ma vie ce que tu cherches et rien d’autre. Père, aide-moi à satisfaire ton cœur, je désire que lorsque tu me regardes tu ne distingues que ton Fils. Ouvre les yeux de mon cœur afin de te connaître vraiment et de trouver enfin le repos du cœur. " Soyez richement bénis !

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact