godly man john wesley

John Wesley, apôtre des foules et pasteur des pauvres

12:48Ministere MotsdeDieu

John Wesley, 
apôtre des foules et pasteur des pauvres 

 

 “Si la valeur des hommes peut être mesurée par l’oeuvre qu’ils ont accomplie, John Wesley ne saurait être considéré autrement que comme la plus grande figure qui ait paru dans l’histoire religieuse du monde depuis les jours de la Réformation.” – LECKY, historien 

“La figure de Wesley est une des plus belles, et peut-être la plus belle, qui aient surgi dans le monde chrétien, depuis les temps de la Réforme. C’est une âme toute pénétrée du feu sacré et qui demande, sous une impulsion divine, à faire partager à un plus grand nombre possible de ses semblables, le bonheur dont elle jouit. Intelligence supérieure et bien nourrie des meilleurs productions de l’esprit humain, il met toutes ses acquisitions au service de son céleste Maître, et ne les emploie que pour Lui gagner une multitude de disciples. Son dévouement est sans limites. Je ne vois personne dans l’Eglise des trois derniers siècles, qui ait déployé, dans un laps de temps aussi long, et avec une ardeur qui ne s’est jamais ralentie, une si merveilleuse activité. Et, bien que l’Eglise qu’il a fondée soit restée dans une couche peu élevée de la société, néanmoins le contre-coup de son oeuvre s’est fait sentir sur la nation tout entière; clergé anglican ou dissident, prélats, pasteurs et suffragants, tous en ont éprouvé les effets. Il les a forcés à devenir plus pieux, plus moraux, plus zélés, et par eux une nouvelle sève a circulé dans le corps national tout entier.” – C. CAILLATTE, pasteur (Revue Chrétienne) 

A minuit, le ciel était illuminé par le reflet sombre des flammes qui dévoraient avec voracité la maison du pasteur Samuel Wesley. Dans la rue, les gens criaient ” au feu! au feu! ” Cependant, à l’intérieur, la famille du pasteur continuait à dormir tranquillement, jusqu’à ce que quelques décombres en flamme tombent sur le lit de Betty, l’une des filles du pasteur. L’enfant se réveilla en sursaut et courut vers la chambre de son père. Sans rien pouvoir sauver des flammes, la famille dut sortir de la maison en vêtements de nuit, par une température glaciale. La gouvernante, éveillée par l’alerte, sortit rapidement de son berceau le plus jeune des enfants, Charles. Elle appela les autres, insistant pour qu’ils la suivent et descendit les escaliers; mais John, qui n’avait que cinq ans et demi, continua à dormir. A trois reprises, la mère, Susan Wesley, qui était malade, tenta en vain de monter les escaliers. Le père essaya deux fois, sans y parvenir, de traverser les flammes en courant. Conscient du danger imminent, il rassembla toute sa famille dans le jardin et tous s’agenouillèrent pour supplier Dieu de sauver John resté prisonnier de l’incendie. Pendant que la famille priait dans le jardin, John se réveilla et après avoir essayé en vain de descendre par les escaliers, il grimpa sur une malle qui se trouvait devant une fenêtre, où l’un des voisins l’aperçut. Celui-ci appela d’autres personnes et ils décidèrent de faire la courte échelle pour atteindre l’enfant. C’est ainsi que John échappa à la mort dans la maison en flammes, sauvé à peine quelques instants avant que le toit ne s’effondre avec fracas. Les courageux voisins qui l’avaient sauvé, apportèrent le petit garçon à son père. ” Venez, mes amis, s’écria Samuel Wesley en recevant son fils dans ses bras, mettons-nous à genoux et rendons grâces à Dieu! Il m’a rendu mes huit enfants; laissez la maison brûler; j’ai assez de richesses “. Un quart d’heure plus tard, la maison, les livres, les documents et les meubles avaient disparu. Des années plus tard, dans une publication, parut le portrait de John Wesley, avec à ses pieds l’image d’une maison en flammes et, à côté, l’inscription suivante: ” N’est-ce pas là un tison arraché du feu? ” (Zacharie 3:2). Dans les écrits de Wesley, on trouve une référence intéressante à cet incendie historique: “Le 9 février 1750, pendant une veillée de prières, vers les onze heures du soir, je me souvins que c’était exactement le jour et l’heure où, quarante ans plus tôt, on m’avait arraché aux flammes. Je profitai donc de l’occasion pour relater cet acte de la merveilleuse providence divine. Les louanges et les actions de grâces montèrent vers le ciel et grande fut l’allégresse qui s’éleva vers le Seigneur “. La foule, tout comme John Wesley, savait pourquoi le Seigneur l’avait sauvé de l’incendie. D’après l’historien Lecky, c’est l’influence du Grand Réveil qui sauva l’Angleterre d’une révolution semblable à celle qui, à la même époque, laissa la France en ruines. Des quatre personnages qui se distinguèrent dans le Grand Réveil, c’est John Wesley qui joua le plus grand rôle. Jonathan Edwards, qui naquit la même année que Wesley, mourut trente-trois ans avant lui; George Whitefield, né onze ans après Wesley, mourut vingt ans avant lui et Charles Wesley prit une part active dans le mouvement pendant dix huit ans seulement, alors que John continua pendant un demi-siècle. 


Mais pour que la biographie de ce célèbre prédicateur soit complète, il faut y inclure l’histoire de sa mère, Susan. En effet, comme l’écrivit un biographe: ” On ne peut raconter l’histoire du Grand Réveil qui eut lieu en Angleterre au siècle dernier (XVIIIème) sans reconnaître à la mère de John et Charles Wesley une grande part de l’honneur mérité; non seulement en raison de l’éducation qu’elle inculqua profondément à ses fils, mais aussi pour la direction qu’elle donna au réveil “. La mère de Susan était la fille d’un prédicateur. Dévouée à l’œuvre de Dieu, elle épousa le célèbre pasteur, Samuel Wesley. Des vingt-cinq enfants de cette union, Susan était la vingt-quatrième. Au cours de sa vie, elle suivit l’exemple de sa mère, consacrant une heure, matin et soir, à prier et à méditer les Ecritures. D’après ce qu’elle écrivit un jour, on se rend compte de la place que tenait la prière dans sa vie: ” Loué soit Dieu pour toute journée où nous nous conduisons bien. Mais je ne suis pas encore satisfaite, parce que je ne profite pas beaucoup de Dieu. Je sais que je suis encore trop loin de lui; je désire tenir mon âme plus étroitement unie à lui par la foi et l’amour “. John était le quinzième des dix-neuf enfants de Samuel et Susan Wesley. Ce qui suit, écrit par la mère de John, montre comment elle s’appliquait à ” ordonner à ses fils et à sa maison après elle ” (Genèse 18:19). “Pour former l’esprit d’un enfant, la première chose à faire est de dominer sa volonté. Instruire son intelligence prend du temps et doit se faire progressivement, selon les capacités de l’enfant. Mais sa volonté doit être subjuguée d’un seul coup, et le plus tôt est le mieux [ …] Ensuite on peut diriger l’enfant en faisant appel au raisonnement et à l’amour des parents, jusqu’à ce qu’il atteigne un âge où il peut faire usage de sa raison. ” Le célèbre commentateur de la Bible, Adam Clark, écrivit au sujet de Samuel et Susan Wesley et de leurs enfants : ” Je n’ai jamais rien vu ni jamais rien entendu de pareil à cette famille, à laquelle nous devons tant, et je ne sais pas non plus s’il en a existé de semblable depuis Abraham et Sara ou Joseph et Marie de Nazareth. ” Susan Wesley croyait que ” celui qui ménage sa verge hait son fils ” (Proverbes 13:24) et elle ne voulait pas entendre ses enfants pleurer. Grâce à cela, bien que sa maison fût pleine d’enfants, il n’y avait jamais ni scènes désagréables ni tapage au foyer du pasteur. Jamais aucun de ses enfants n’obtint ce qu’il désirait par les larmes dans la maison de Susan Wesley. Pour Susan, le jour de son cinquième anniversaire, chaque enfant devait apprendre l’alphabet, et tous, à l’exception de deux, accomplirent la tâche au moment fixé. Le lendemain de ses cinq ans, ayant maîtrisé l’alphabet, l’enfant commençait à apprendre à lire et ce, avec le premier verset de la Bible. Tout petits, les enfants, au foyer de Samuel Wesley et de sa femme, apprirent à assister fidèlement au culte. Dans aucun récit, on ne trouve des faits aussi profonds et émouvants que ceux que l’on raconte au sujet des enfants de Samuel et Susan Wesley, car, avant même de pouvoir se mettre à genoux ou de savoir parler, on leur apprenait à rendre grâces pour leur nourriture par des gestes appropriés. Lorsqu’ils commençaient à parler, ils récitaient le Notre Père matin et soir; on leur apprenait en outre à prier pour d’autres choses selon leurs désirs [ …] Arrivés à l’âge approprié, on attribuait à chaque enfant un jour de la semaine afin de pouvoir parler en particulier avec sa mère de ses ” doutes et de ses problèmes “. Dans la liste, le nom de John figure le mercredi et celui de Charles le samedi. Pour chacun des enfants ” son jour ” devenait une journée précieuse et mémorable [ …] . Il est émouvant de lire ce que John Wesley, vingt ans après avoir quitté la maison paternelle, disait à sa mère : “En beaucoup de choses, vous, ma mère, avez intercédé en ma faveur et vous l’avez emporté. Qui sait même maintenant si votre intercession pour que je renonce entièrement au monde a été couronnée de succès [ …] . Elle sera sans doute efficace pour corriger mon cœur comme elle le fut autrefois pour former mon caractère. ” Après le sauvetage spectaculaire de John de l’incendie, sa mère, profondément convaincue que Dieu avait de grands projets pour son fils, prit la ferme résolution de l’éduquer pour servir et être utile à l’œuvre du Christ. Susan écrivit dans ses méditations particulières : “Seigneur, je ferai des efforts encore plus fermes pour cet enfant que tu as sauvé si miséricordieusement. J’essaierai de lui transmettre fidèlement, pour qu’ils se gravent dans son cœur, les principes de Ta religion et de Ta vertu. Seigneur, donne-moi la grâce nécessaire pour mener à bien ce but avec sincérité et sagesse et bénis mes efforts en les couronnant de succès. ” Elle mit tant de constance à mettre en pratique sa résolution qu’à l’âge de huit ans, John fut admis à participer à la Cène du Seigneur. Au foyer de Samuel Wesley, on n’omettait jamais le culte domestique dans le programme de la journée. Quelle que fût l’occupation des membres de la famille ou des serviteurs, tous se réunissaient pour adorer Dieu. Lorsque son mari s’absentait, Susan, le cœur enflammé par le feu du ciel, dirigeait les prières. On raconte qu’un jour, alors que l’absence de son mari se prolongeait plus que de coutume, trente à quarante personnes assistèrent au culte célébré dans la maison des Wesley et la faim de la Parole de Dieu augmenta tellement que la maison se remplit de voisins qui vinrent assister à la réunion de prières. La famille du pasteur Samuel Wesley était très pauvre, mais grâce à l’influence du duc de Buckingham, John fut admis dans une école à Londres. Ainsi, le jeune garçon, qui n’avait pas onze ans, quitta l’atmosphère de prière fervente pour affronter les disputes de l’école publique. Cependant, John ne se laissa pas contaminer par l’ambiance de péché qui l’entourait. A propos de l’influence que John en vint à exercer sur ses camarades d’école, on raconte qu’un jour, le portier, voyant que les élèves n’étaient pas dans la cour de récréation, se mit à leur recherche et les trouva dans l’une des classes, rassemblés autour de John. Celui-ci leur racontait des histoires édifiantes qui leur plaisaient davantage que la récréation. En parlant de cette époque, John Wesley écrivit: “Je prenais part à des choses que je savais être des péchés, même si elles ne faisaient pas scandale aux yeux du monde. Malgré tout, je continuais à lire les Ecritures et à prier matin et soir. Je considérais les points suivants comme les bases de mon salut : (1) je ne me jugeais pas aussi mauvais que mes semblables; (2) je conservais le désir d’être religieux; (3) je lisais la Bible, j’assistais aux cultes et je priais “. Après avoir poursuivi ses études à l’école secondaire pendant huit ans, Wesley alla étudier à Oxford et y apprit le latin, le grec, l’hébreu et le français, mais son principal intérêt n’était pas de cultiver son intelligence. A ce sujet, il dit : “Je commençais à me rendre compte que le cœur est la source de la vraie religion [ …] je décidai donc de passer deux heures chaque jour seul avec Dieu. Je prenais part à la Cène du Seigneur tous les huit jours. Je me gardais de tout péché, tant en paroles qu’en actes. Ainsi, sur la base des bonnes actions que je faisais, je me considérais comme un bon croyant “. John s’efforçait de se lever tous les matins à quatre heures. Grâce à ses notes rendant compte de tout ce qu’il faisait dans la journée, il réussissait à organiser son temps, de façon à ne pas perdre un seul instant. Il garda cette bonne habitude presque jusqu’à son dernier jour. Alors qu’il faisait ses études à Oxford, un petit groupe d’étudiants avait pris l’habitude de se réunir tous les jours pour prier ensemble et étudier les Ecritures; en outre, ils jeûnaient le mercredi et le vendredi, rendaient visite aux malades et aux prisonniers et réconfortaient les condamnés à l’heure de leur exécution. Tous les matins et tous les soirs, chacun passait une heure seul, à prier. Pendant les prières, ils s’arrêtaient de temps en temps pour vérifier s’ils priaient avec la ferveur voulue. Ils priaient toujours avant et après les cultes de l’église. Plus tard, trois des membres de ce groupe devinrent célèbres parmi les croyants : (1) John Wesley, qui fit peut-être plus que tout autre pour donner ses racines à la vie spirituelle, non seulement chez ses contemporains, mais encore de nos jours. (2) Charles Wesley, qui devint l’auteur très célèbre d’hymnes évangéliques et (3) George Whitefield qui devint un prédicateur en plein air et avait le don d’émouvoir les foules. A cette époque, on ressentait l’influence de John Wesley dans toute l’Amérique, qui dure encore aujourd’hui, en dépit du fait qu’il y restât moins de deux ans, et que cette période de sa vie fût perturbée par le doute. Il répondit à un appel de venir prêcher l’Evangile aux habitants de la colonie de Géorgie, avec le désir de gagner son salut au moyen de bonnes œuvres. Il pensait que la vanité et l’ostentation du monde n’existaient pas dans les forêts d’Amérique. Pendant la voyage, sur le navire qui l’amenait en Amérique du Nord, il suivit,- pratique caractéristique de sa vie – avec d’autres personnes de son groupe, un programme de travail afin de ne pas perdre un seul instant de ses journées. Il se levait à quatre heures du matin et se couchait après neuf heures. Les trois premières heures de la journée étaient consacrées à la prière et à l’étude des Ecritures. Après avoir accompli tout ce qui était prévu au programme de la journée, il était si fatigué que ni le mugissement de la mer ni le roulis du bateau ne réussissaient à perturber son sommeil, bien qu’il dormît sur le pont, enveloppé dans une couverture. En Géorgie, la population entière se pressa en masse à l’église pour l’entendre prêcher. L’influence de ses sermons fut telle que dix jours plus tard, une salle de bal resta presque vide, alors que l’église se remplissait de personnes qui priaient et recevaient leur salut. Whitefield, qui débarqua en Géorgie quelques mois après le retour de Wesley en Angleterre, décrivit ainsi ce qu’il vit : ” Le succès de John Wesley en Amérique est indescriptible. Son nom est très apprécié du peuple où il jeta des fondations que ni les hommes ni les démons ne pourront ébranler. Oh ! si seulement je pouvais marcher sur ces traces comme lui marcha sur les traces de Christ ! ” Malgré tout, il manquait une chose très importante à Wesley, comme on le voit d’après les événements qui le poussèrent à quitter la Géorgie, et qu’il décrivit ainsi : ” Il y a presque deux ans et quatre mois que j’ai laissé ma terre natale pour aller prêcher le Christ aux Indiens de Géorgie, mais qu’ai-je découvert ? La chose à laquelle je m’attendais le moins : moi qui suis venu en Amérique pour convertir les autres, je ne me suis jamais converti à Dieu. ” De retour en Angleterre, John Wesley se mit à servir Dieu avec la foi d’un enfant et non plus celle d’un simple serviteur. A ce sujet, voici ce qu’il écrivit : ” Je ne me rendais pas compte que la foi nous était donnée instantanément, que l’homme pouvait passer directement des ténèbres à la lumière, du péché et de la misère à la justice et à la joie de l’Esprit Saint. J’étudiai les Ecritures sur ce point, en particulier les Actes des Apôtres. Je fus émerveillé en y trouvant presque uniquement des conversions instantanées; pratiquement aucune aussi tardive que celle de Saul de Tarse.” A partir de ce moment-là, Wesley commença à éprouver une plus grande faim et une plus grande soif de justice, la justice de Dieu par la foi. Il avait pour ainsi dire échoué dans sa première tentative de prêcher l’Evangile en Amérique parce qu’en dépit de son zèle et de sa bonté naturelle, le christianisme qui était le sien était quelque chose qui lui avait été enseigné. Mais la seconde étape de son ministère se distingue par un succès phénoménal. Pourquoi ? Parce que le feu de Dieu brûlait dans son âme; il était parvenu à un contact direct avec Dieu grâce à une expérience personnelle. Nous rapportons ici, selon ses propres paroles, l’expérience par laquelle l’Esprit Saint donna la preuve à son esprit qu’il était fils de Dieu, expérience qui transforma complètement sa vie : ” Il était près de cinq heures ce matin-là, lorsque j’ouvris le Nouveau Testament et tombai sur ces phrases: ‘[ …] nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine (2 Pierre 1:4).’ Avant de sortir, j’ouvris le Nouveau Testament et je lus ces phrases : ‘Vous n’êtes pas éloignés du royaume de Dieu.’ [ …] La nuit dernière, je me suis senti poussé à aller à Aldersgate [ …] Je me sentis le cœur embrasé; je me confiai au Christ, seulement au Christ, je crus dans le salut; la certitude me fut donnée qu’il enlevait mes péchés et qu’il me sauvait de la loi du péché et de la mort. Je me mis à prier de toutes mes forces [ …] et je donnai témoignage à tous ceux qui étaient là de ce que je ressentais dans mon cœur “. Après cette expérience à Aldersgate, Wesley aspirait à recevoir des bénédictions encore plus grandes du Seigneur, comme il l’écrivit : “Je suppliais Dieu d’accomplir toutes Ses promesses dans mon âme. Peu de temps après, le Seigneur répondit en partie à ce désir, alors que je priais avec Charles, Whitefield et près de soixante-dix croyants à Fetter Lane”. Les paroles suivantes sont également de John Wesley : “Il était près de trois heures du matin et nous persévérions dans nos prières (Romains 12:12) lorsque la puissance de Dieu se manifesta de telle façon que nous nous sommes exclamés, sous l’effet d’une grande joie et nombre de ceux qui étaient là tombèrent sur le sol. Puis, une fois atténuées la peur et la surprise que nous ressentions en présence de Sa majesté, nous nous sommes exclamés d’une seule voix : ‘Nous te louons, ô Dieu, nous t’acceptons comme notre Seigneur!’ ” Cette onction du Saint-Esprit élargit considérablement les horizons spirituels de Wesley; son ministère porta un nombre exceptionnel de fruits et il travailla sans interruption pendant cinquante-trois ans, le cœur empli de l’amour divin. Un pasteur prêche en moyenne cent fois par an, mais pour John Wesley, cette moyenne fut de sept cent quatre-vingts fois par an pendant cinquante-quatre ans. Ce petit homme, qui mesurait à peine un mètre soixante-six, qui pesait moins de soixante kilos, s’adressa à des foules énormes et ce, dans des conditions très difficiles. Lorsque les églises lui fermèrent leurs portes, il continua à prêcher en plein air. En dépit d’une apathie spirituelle presque générale chez les croyants et d’une vague de perversion et de crimes qui s’étendait dans tout le pays, des foules de cinq à vingt mille personnes affluaient pour écouter ses sermons. Il était chose courante au cours de ces cultes que les pécheurs se sentent la proie de telles angoisses qu’ils se mettaient à crier et à gémir. Si la confrontation avec Dieu sur leur lit de mort arracha des cris à de célèbres matérialistes, comme Voltaire et Thomas Paine, enfin convaincus, il n’est pas étonnant que des centaines de pécheurs se soient mis à gémir, à crier et soient tombés sur le sol, comme morts, lorsque l’Esprit Saint leur faisait sentir la présence de Dieu. C’est ainsi que des multitudes de mécréants se convertirent en de nouvelles créatures en Christ-Jésus pendant les cultes de John Wesley. Souvent, les auditeurs étaient transportés au comble de l’amour, de la joie et de l’admiration, et ils avaient également des visions de la perfection divine et de l’excellence de Christ au point de rester plusieurs heures comme morts (Apocalypse 1:17). Comme tous ceux qui envahissent le territoire de Satan, les frères Charles et John Wesley durent subir de terribles persécutions. A Morfield, les ennemis de l’Evangile mirent fin au culte en brisant la table sur laquelle John était monté pour prêcher, ils l’insultèrent et le maltraitèrent. A Sheffield, la maison s’écroula sur la tête des croyants. A Wednesbury, on saccagea les maisons, les vêtements et les meubles des croyants, les laissant exposés aux intempéries, à la neige et à la tempête. A maintes reprises, John Wesley fut lapidé et traîné comme mort dans la rue. Une fois, il reçut des soufflets sur la bouche et en plein visage et reçut des coups sur la tête qui le laissèrent couvert de sang. Mais la persécution de la part de l’Eglise en pleine décadence était sa plus grande croix. Ils furent dénoncés comme “faux prophètes”, “charlatans”, “imposteurs arrogants” , “fanatiques”, etc. [ …] A son retour à Epworth, sa ville natale, John assista le dimanche au culte du matin et de l’après-midi dans l’église dont son père avait été le pasteur fidèle pendant de nombreuses années; mais on ne lui donna pas l’autorisation de s’adresser à l’assistance. A six heures du soir, John, debout sur le monument qui marquait le lieu où était enterré son père, à côté de l’église, prêcha devant une assistance telle qu’on n’en avait jamais vu à Epworth, et Dieu y sauva beaucoup d’âmes. Quelle était la cause d’une telle opposition ? Les croyants de l’Eglise endormie prétendaient que cela était dû aux prédications de Wesley sur la justification par la foi et la sanctification. Les incroyants ne l’aimaient pas parce qu’ ” il faisait lever les gens à cinq heures du matin pour chanter des hymnes. ” Non seulement John Wesley prêchait davantage que les autres prédicateurs, mais il les surpassait comme pasteur, exhortant et consolant les croyants, allant de maison en maison. Lors de ses voyages, il allait tantôt à cheval tantôt à pied, qu’il fasse beau temps, qu’il pleuve ou qu’il neige, alors que la plupart des prédicateurs se déplaçaient en bateau ou en voiture à cheval. Pendant les cinquante-quatre années de son ministère, il parcourut en moyenne plus de sept mille kilomètres par an, pour se rendre là où il devait prêcher. Ce petit homme qui parcourait sept mille kilomètres par an, trouvait cependant du temps à consacrer à la vie littéraire. Il lut au moins mille deux cents livres, la plupart alors qu’il voyageait à cheval. Il écrivit une grammaire d’hébreu, une grammaire latine, ainsi que d’autres de français et d’anglais. Il occupa pendant des années le poste de rédacteur d’une revue de cinquante-six pages. Le dictionnaire complet de la langue anglaise qu’il compila fut très populaire et son commentaire sur le Nouveau Testament est encore tiré à de nombreux exemplaires. Il écrivit une bibliothèque de cinquante volumes qu’il révisa et publia sous forme abrégée en trente volumes. Son livre sur la philosophie naturelle fut bien accueilli par le clergé. Il écrivit quatre volumes sur l’Histoire de l’Eglise. Il écrivit et publia un livre sur l’Histoire de Rome et un autre sur l’Angleterre. Il prépara et publia trois volumes sur la médecine et six livres de musique pour les cultes. Après l’expérience qu’il vécut à Fetter Lane, il écrivit avec son frère Charles cinquante-quatre recueils d’hymnes qu’ils publièrent. On dit qu’il écrivit en tout plus de deux cent trente livres. Cet homme au physique chétif écrivit peu avant ses quatre-vingt-huit ans : “Jusqu’à mes quatre-vingt-six ans et même après, je n’ai jamais ressenti la moindre indisposition propre à la vieillesse; mes yeux ne se sont jamais voilés et je n’ai pas perdu ma vigueur.” A soixante-dix ans, il prêchait devant un auditoire de trente mille personnes en plein air et était entendu de tous. A quatre-vingt-six ans, il fit un voyage en Irlande, où, en plus de prêcher seize fois en plein air, il fit cent sermons dans soixante villes. Un auditeur dit de Wesley : “Son esprit était aussi vif qu’à cinquante-trois ans, lorsque je l’ai rencontré pour la première fois.” Il attribuait sa bonne santé à l’observance des règles suivantes : ” (1) l’exercice constant et l’air pur; (2) au fait que jamais, malade ou en bonne santé, sur terre ou sur mer, il ne perdit une nuit de sommeil de toute sa vie; (3) sa faculté de dormir, le jour ou la nuit, lorsqu’il se sentait fatigué; (4) se lever depuis plus de soixante ans à quatre heures du matin; (5) l’habitude de prêcher toujours à cinq heures du matin pendant plus de cinquante ans; (6) au fait qu’il ne souffrit presque jamais ni de douleurs ni de découragement ni de maladie grave au cours de sa vie.” Il ne faut pas oublier la source de cette vigueur que possédait John Wesley. Il passait au moins deux heures par jour en prière. Il commençait sa journée à quatre heures du matin. Un croyant qui le connaissait très bien écrivit à son propos : “Il considérait la prière comme la chose la plus importante de sa vie et je l’ai vu sortir de sa chambre, l’âme si sereine que cela se reflétait sur son visage qui resplendissait.” 


Aucune histoire de la vie de John Wesley ne serait complète si on ne mentionnait pas les veillées de prière qui avaient lieu une fois par mois chez les croyants. Ces veillées commençaient à huit heures du soir et se poursuivaient au-delà de minuit, ou jusqu’à ce que l’Esprit Saint descende sur eux. Ces veillées se fondaient sur les références faites par le Nouveau Testament à des nuits entières passées à prier. En effet, quelqu’un fit le commentaire suivant à ce sujet : ” Le pouvoir de Wesley s’explique par le fait que c’était un homo unius libri, c’est-à-dire, l’homme d’un seul livre, et ce livre était la Bible “. Wesley écrivit peu avant sa mort : “Aujourd’hui, nous avons passé la journée dans le jeûne et la prière pour que Dieu étende Son œuvre. Nous nous sommes retirés seulement après une nuit de veille dans laquelle le cœur de nombreux frères a reçu un grand réconfort.” Dans son journal, John Wesley écrivit ce qui suit sur la prière et le jeûne: ” Lorsque je faisais mes études à Oxford [ …] , nous jeûnions le mercredi et le vendredi, comme le faisaient les premiers chrétiens partout. Epiphane (310-403) écrivit: ‘Qui ignore que les croyants du monde entier jeûnent le mercredi et le vendredi?’ ” Wesley poursuivit: “Je ne sais pas pourquoi ils choisirent ces deux jours-là, mais c’est une bonne règle et si elle était bonne pour eux, elle le sera aussi pour moi. Cependant, je ne veux pas faire croire que ces deux jours sont les seuls jours de la semaine où l’on peut jeûner, car il est souvent nécessaire de le faire plus de deux jours. Il est très important de rester seuls et en la présence de Dieu lorsque nous jeûnons et que nous prions, afin de pouvoir percevoir la volonté de Dieu et afin qu’Il puisse nous guider. Les jours de jeûne, nous devons faire tout notre possible pour nous tenir à l’écart de nos amis et des distractions, même si celles-ci sont permises en d’autres occasions”. La joie qu’il ressentait à prêcher en plein air ne diminua pas avec la vieillesse; le 7 octobre 1790, il prêcha ainsi pour la dernière fois, sur le texte : “Le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle.” La Parole se révéla avec une grande force et les larmes de la foule coulèrent en abondance. Un par un, ses fidèles compagnons de lutte, y compris sa femme, furent appelés au repos mais John Wesley continua à travailler. A l’âge de quatre-vingt-cinq ans, son frère Charles fut également rappelé et John, assis devant la foule, se couvrit le visage de ses mains pour cacher les larmes qui coulaient. Son frère, qu’il avait tant aimé pendant si longtemps, était parti et il devait maintenant travailler seul. Le 2 mars 1791, alors qu’il allait avoir quatre-vingt-huit ans, sa carrière terrestre s’acheva. Toute la nuit précédente, ses lèvres n’avaient cessé de prononcer des paroles d’adoration et de louange. Son âme était inondée de joie devant les gloires du foyer éternel et il s’exclama : “Ce qu’il y a de mieux, c’est que Dieu est avec nous.” Puis, levant la main comme un signe de victoire, il répéta à nouveau : ” Ce qu’il y a de mieux, c’est que Dieu est avec nous.” A dix heures du matin, entouré de croyants qui priaient autour de son lit, il dit : “Adieu” et comparut ainsi en la présence du Seigneur. Un croyant qui assista à sa mort, rapporta cet événement de la façon suivante : “Nous ressentions tous la présence divine; il n’y a pas de mots pour décrire ce que nous vîmes sur son visage! Et plus nous le contemplions, plus nous voyions reflété sur son visage un ciel indescriptible.” On estima à dix mille le nombre de ceux qui défilèrent devant son cercueil pour voir le visage qui arborait un sourire céleste. En raison de la foule immense qui affluait pour lui rendre hommage, on fut obligé de l’enterrer à cinq heures du matin. John Wesley naquit et grandit dans un foyer où il n’y avait pas abondance de pain. 

Par la vente de ses livres, il gagna une fortune qu’il utilisa pour la cause de Christ; à sa mort, il laissa au monde : “deux cuillères, une théière d’argent, un vieux manteau” et des dizaines de milliers d’âmes sauvées en une époque de décadence spirituelle dramatique. 
 La torche que l’on avait arrachée du feu à Epworth, commença à flamber avec intensité à Aldersgate et Fetter Lane et depuis lors, elle continue à éclairer des millions d’âmes dans le monde entier. 

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact