La puissance de la croix de Jésus-Christ-4

01:15Ministere MotsdeDieu

Le rachat limité ou rédemption particulière La rédemption particulière est le message le plus important de toute l'Écriture. Dieu parle magnifiquement de l'expiation limitée par l'intermédiaire d'un ange qui s'adresse à Joseph: «Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.» (Matthieu 1:21) Remarquez l'expression «Son peuple.» Qui est Son peuple? Nous voyons dans Jean 6:37, que Son peuple est constitué de ceux qui Lui furent donnés par le Père. Nous comprenons ainsi que Christ est uniquement le Sauveur de ceux qui Lui furent donnés par le Père. Bien sûr, pour pouvoir les sauver il a fallu qu'Il paie pour leurs péchés, ce qu'Il fit sur la Croix. Rien ne laisse supposer qu'Il offrit Sa vie pour racheter tous les hommes. Dans Jean 17:9-10, Christ prie le Père: «C'est pour eux que je prie. Je ne prie pas pour tout le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, parce qu'ils sont à toi; — et tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi; et je suis glorifié en eux.» Alors qu'au verset 9 Christ parle particulièrement des apôtres qu'Il a choisis, dans Jean 17:20-21, Il S'adresse à un auditoire beaucoup plus élargi que le cercle de ses apôtres. Dans ces versets Christ déclare: «Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé.» Quelle importante prière, n'est-ce-pas? Si Christ avait donné Sa vie pour chaque être humain, nous pourrions certainement nous attendre à ce qu'Il prie pour eux. Nous pourrions penser que si leurs péchés avaient été rachetés, Christ prendrait avec Son Père les dispositions nécessaires pour faire venir tous ces hommes à Lui. Cependant, dans ce verset, Dieu lève le voile sur les relations existant au sein de sa Personne unique, et Christ indique clairement qu'Il ne prie pas pour tout le monde. Il prie pour ceux qui Lui appartiennent et pour ceux qui «croient en moi par leur parole.» Christ n'intercède qu'en faveur de ceux qui Lui ont été donnés par le Père; Il prie pour Ses brebis. Dans Hébreux 7:25 et 26, Christ est présenté comme notre éternel souverain sacrificateur: «C'est aussi pour cela qu'il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. Il nous convenait, en effet, d'avoir un souverain sacrificateur comme lui, sans tâche, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux...» Dans ces versets la Bible déclare clairement que Christ intercède en faveur de ceux qui viennent à Dieu grâce à Christ; c'est-à-dire que Christ intercède en faveur de ceux qu'Il sauve. C'est précisément ce que Christ accomplit dans Sa prière qui se trouve dans Jean 17. Dans Jean 17:2, Christ prie le Père: ...«Selon que tu lui (Jésus parle de Lui-même) as donné pouvoir sur toute chair, afin qu'il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.» Dans le contexte immédiat de Ses propos, Christ, à nouveau, parlait de Ses apôtres, mais Il énonce un principe fondamental du plan de salut divin. Dans cette déclaration, notre Seigneur Jésus fait référence à ceux qui Lui furent donnés par le Père (Jean 6:37), et Il souligne le fait qu'Il leur a offert la vie éternelle. La vie éternelle est un don obtenu par l'expiation et offert au croyant. — Devons-nous croire que certaines personnes ont fait l'expérience de l'expiation sans recevoir la vie éternelle? C'est à cette conclusion non conforme à l'enseignement biblique que nous parvenons si nous croyons que Christ a payé pour les péchés de chaque être humain. Ceux qui s'opposent à l'enseignement selon lequel Jésus est mort uniquement pour les élus et non pour tous les hommes, insistent souvent avec beaucoup de passion pour dire que Jésus est mort pour toute personne. Ils ont à l'esprit des buts tout à fait louables: Ils veulent être bibliques et ils ont à cœur l'évangélisation, mais cela ne signifie pas pour autant qu'ils sont dans la vérité. Avoir des sentiments louables et faire de l'évangélisation est pour eux un moyen de faire de la promotion pour une croyance qui valorise leurs efforts dans lesquels ils se glorifient pour se justifier. Cela n'est pas du christianisme mais une contrefaçon de sa réalité qui en séduit un grand nombre. Clarifions d'abord l'exactitude du sujet pour éviter toutes ambiguïtés. En premier, notons que notre sujet concerne les souffrances et la mort de notre Seigneur Jésus-Christ. Cela semble évident. Mais il y a deux volets importants. Tout d'abord, tout ce que nous allons dire en rapport avec le Rachat demeure un fait historique, un évènement objectif réel. Nous ne discutons pas de quelque chose qui doit être accompli ou quelque chose à compléter, mais d'un évènement qui a été accompli il y a deux mille ans. Tout ce qui se rapporte au Rachat est terminé. Ça fait partie du passé mais dont l'efficacité demeure toujours actuelle. C'est un fait accompli qui manifeste sa réalité dans le cœur des élus! Nous devons faire une distinction entre le travail de Christ pour nous, comme celui accompli à la croix, et le travail de Christ en nous, en ce qui concerne l'œuvre réalisée dans les cœurs et dans la vie du peuple de Dieu, de ce qui était l'objectif final de la croix. La réalisation et l'application des bienfaits du salut qui sont produits dans le cœur et dans la vie du peuple de Dieu, sont des vérités essentielles et constantes dans les démarches du chrétien de chaque époque. Deuxièmement, le point est important, car la question n'est pas simplement de savoir que Christ a souffert et est mort. La question est plutôt: «quel est le sens et la signification profonde de la mort de Christ?» C'est un fait indéniable que Christ est mort, sauf pour les incrédules. Sans tenir compte du sens qui lui est donné ou de ce qu'on en dit, la chrétienté, quelqu'en soit la forme ou dénomination, a toujours reconnu le fait de la mort de Christ. Des réponses variées ont été données au cours de l'histoire de l'église pour expliquer ce qui avait été accompli par les souffrances et la mort de Christ. Quelques-uns disent que c'était simplement un exemple. D'autres en parlent comme d'une théorie gouvernementale, essayant de démontrer que Dieu pour gouverner avec justice sur l'univers, avait choisi ce moyen pour amener les hommes à la repentance et ensuite les sauver. Mais nous disons sur les bases des Écritures que la mort de Christ a été le rachat, ou le paiement pour les péchés, afin d'être justifié et d'obtenir la vie éternelle. Bien plus, nous affirmons que le rachat était une substitution. Croire que Dieu est mort pour tous les hommes n'est pas ce que les Écritures enseignent, au contraire la mort de Christ est un «rachat» réservé à quelques hommes seulement. Les Écritures nous enseignent que le rachat est limité à ceux que Dieu a choisi pour le salut avant la fondation du monde. Jésus lui-même prône cette vérité à propos de sa mort dans Jean 10:15 «...je donne ma vie pour mes brebis», ce qui dénote une possession sélective et particulière. Un peu plus loin dans le même chapitre Il spécifie que «tous» ne sont pas inclus parmi les brebis (Jean 10:26): «Vous ne croyez pas parce que vous n'êtes pas mes brebis.» Il est clair ici qu'il s'agit d'une distinction entre les élus et les réprouvés. Christ a été un substitut, non pour tous les hommes, mais pour ses Élus seulement, autrement tous les hommes dans tous les temps seraient sauvés, ce qui n'est évidemment pas le cas. C'est ce que la vérité biblique maintient. Le mot «limité» a été critiqué parce que le terme semble indiquer un défaut, un manque, une limitation dans la mort de Christ. Des mots de rechange ont été suggérés tels que: particulier ou précis, mais le terme est très clair et n'a aucun besoin d'être changé. Le mot «limité» veut dire que la mort de Christ est «limitée» ou réservée pour les Élus seulement. La doctrine du Rachat Limité est la doctrine biblique, concernant la mort de Christ et par le fait même la rédemption des hommes. Elle a été officiellement reconnue comme opposition à l'hérésie Arminienne qui proclamait le rachat universel et général. Soulignons que l'Arminianisme est la doctrine du libre-choix dans le salut qui s'obtiendrai par une décision personnelle du croyant. Le gros de cette doctrine infernale qui valorise les efforts du croyant dans le salut et la sanctification est qu'elle substitut la justification par la foi pour la justification par le choix, renversant ainsi l'Évangile de Christ qui est par la grâce seule. Pour demeurer en accord avec leur doctrine falsifiée de l'élection, les Arminiens disent que Jésus-Christ, le Sauveur du monde, est mort pour tous et chacun des hommes, et que par sa mort sur la croix, Il obtient pour eux tous, la réconciliation et le pardon des péchés; on doit comprendre que ce pardon est accordé à celui qui croit, selon l'Évangile de Jean 3:16: «Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.» Et dans le première épître de Jean 2:2: «Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.» Voilà donc ce que les Arminiens enseignent: Que la rédemption de Christ est pour chaque homme individuellement, donc Christ serait mort pour obtenir la réconciliation et le pardon des péchés pour tous les hommes de la terre et dans tous les siècles depuis le début des temps. Mais selon eux la rédemption est effective seulement pour les croyants. Même si Christ a obtenu la réconciliation et le pardon pour tous, mais tous ne peuvent jouir de cette réconciliation et de ce pardon, seulement les croyants. Ainsi ils sont en contradiction avec eux-mêmes et avec les Saintes-Écritures, car si Christ a obtenu la réconciliation et le pardon pour tous, cela voudrait dire que tous serait sauvé indépendamment de la foi, et si tous ne le sont pas cela signifierait que son sacrifice n'est pas parfait et que Christ serait impuissant devant la volonté de l'homme qui soumet la valeur de son sacrifice aux caprices de la raison humaine. Une telle position fait de la foi l'élément crucial dans le salut et non l'objet de la foi qui est Christ. Ces gens ont tendances à oublier que ce n'est pas la foi qui sauve, c'est Christ qui sauve ses élus selon son décret d'élection établit de toute éternité, c'est Christ qui a décidé d'avance qui va être sauvé et qui ne le sera pas, ce n'est pas l'homme avec ses prétentions d'un libre-choix illusoire de croire ou de ne pas croire. Donc, les Arminiens enseignent que la rédemption est générale, mais pour en bénéficier il faut avoir la foi. Ils enseignent une rédemption universelle, mais selon les Écritures le salut ne serait pas universel. Ils s'opposent ainsi au rachat limité comme nous le démontrerons. C'est très significatif de regarder les textes bibliques auxquels ils se réfèrent. Par ces références nous retrouvons l'erreur commune aux Arminiens d'employer le terme scripturaire «monde» comme étant l'équivalent de «chaque homme individuellement.» Un élément très important ici est celui de satisfaction, on ne peut y échapper à la condamnation à moins que la justice de Dieu soit satisfaite. Relié à la satisfaction, le rachat devient une manière de justice très stricte. Il n'y a pas de grâce, pas de miséricorde, non plus de bénédictions si nous ne faisons pas partie du plan de Dieu pour être justifiés. Dieu bénit celui qui est juste et Il châtie ou punit le méchant temporairement et éternellement. C'est le premier principe en rapport avec l'idée de satisfaction. Dieu n'est pas seulement suprêmement miséricordieux, mais aussi suprêmement juste. Et sa justice exige (comme Il l'a lui-même révélé dans sa Parole) que nos péchés commis contre son infinie Majesté, doivent être punis, non seulement temporairement, mais par un châtiment éternel, de notre corps et de notre âme; auquel on ne peut échapper, à moins que la justice de Dieu soit satisfaite. Alors en relation avec la justice de Dieu, le péché est synonyme de culpabilité. C'est une dette. C'est passible de châtiment. Et suivant la justice de Dieu, ce châtiment ne peut être exempté, l'homme ne peut retrouver la faveur de Dieu tant et aussi longtemps que la justice de Dieu n'est satisfaite. Cette satisfaction veut simplement dire «en faire assez, faire le paiement d'une certaine dette ou obligation, selon la demande de justice.» Par exemple, si on parle d'une dette de $1,000, une fois le montant remboursé, il y a pleine satisfaction et la dette a disparue. La dette n'existe plus. On en parle plus. C'est ça la satisfaction, et ce sont les effets de la satisfaction. Si la satisfaction pour la dette du péché est offerte à chaque homme, donc l'homme est délivré du péché et de la culpabilité. Du moment que la satisfaction est remplie, la dette disparaît pour toujours. Quand la justice de Dieu est satisfaite, la dette est enlevée pour toujours. Dieu lui-même, parce qu'Il est juste et droit, ne peut tenir l'homme responsable d'une dette pour laquelle Il a reçu pleine satisfaction. Maintenant, la question n'est pas de savoir pour qui la dette a été remise; nous répondrons à cette question plus tard. Peu importe qui est cet homme pour qui la satisfaction est faite, sa dette est disparue devant Dieu. Si la satisfaction s'adresse à tous les hommes, alors la dette de tous les hommes est enlevée. Peu importe qui est inclus dans la satisfaction, leur dette disparaît pour toujours. Voilà le sens de la satisfaction! On ne pourra jamais mettre trop d'emphase sur cet élément clé. C'est prudent de dire que tout le concept du rachat se tient ou tombe avec cet élément clé fondamental. En rapport avec tout ce qui précède, nous devons nous rappeler qu'il nous est impossible à nous-mêmes de satisfaire à la justice de Dieu. Pas besoin d'entrer dans les détails à ce propos. C'est simplement le résultat de la nature pécheresse de l'homme, son état de perdition sans espoir. Nous retrouvons ici la doctrine de la Dépravation Totale. Non seulement ne pouvons-nous pas répondre à cette satisfaction, mais au contraire notre dette augmente sans arrêt. La satisfaction pouvait être faite seulement par une personne pure, sans péché, et cela gratuitement, dans le renoncement et l'obéissance, en prenant la responsabilité du châtiment du péché, en supportant les souffrances... l'agonie... jusqu'à la mort. Quand la colère de Dieu fut déversée sur un homme qui acceptait gratuitement et par renoncement à lui-même d'en payer le prix... se sacrifiant pour la justice de Dieu, alors la satisfaction était complète. Tout ça a été accompli par le rachat qui devenait cette satisfaction que l'homme était incapable d'offrir pour lui-même. Voilà pourquoi Dieu a envoyé son Fils bien-aimé qui a subi le châtiment que l'on méritait. Le terme satisfaction lui-même, n'est pas un terme scripturaire. Mais c'est l'idée principale de tous les termes scripturaires employés pour désigner ce qu'est la mort de Christ. Il en est ainsi pour le terme propitiation, dans Romains 3:25: «...que Dieu a d'avance destiné à être, par son propre sang, moyen de propitiation, grâce à la foi. Ainsi affirme-t-il sa justice en pardonnant les péchés commis jadis...» L'idée fondamentale de propitiation peut se traduire par satisfaction. La même chose est vraie du terme scripturaire rançon. Satisfaction est l'idée de base de rançon. Quand les Écritures disent dans Matthieu 20:28: «...le Fils de l'homme est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.» En donnant sa vie Il a donné satisfaction. Il satisfait la juste demande de Celui qui a fixé le prix de la rançon. Réconciliation; terme que nous retrouvons dans 2 Corinthiens 5:19: «Car Dieu étant en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses...» Comme dans les deux termes précédents, le sens de satisfaction se retrouve. Comment cela est-il possible? Comment est-ce possible, que Dieu peut réconcilier le monde à Lui-même et ne plus tenir compte du péché en eux? Comment est-ce possible à la lumière de la justice de Dieu? La seule possibilité, c'est que le prix exigé par la justice de Dieu a été payé en entier. Satisfaction! Donc, tous les autres termes se référant au Rachat, comportent la même idée de satisfaction à la base. Un deuxième élément important dans le Rachat est celui de substitution. La nécessité de substitution repose dans le fait que nous sommes incapables de donner satisfaction par nous-mêmes. C'est l'effet de notre dépravation totale. C'est la raison historique de la nécessité du Rachat. Nous sommes perdus sans espoir! Impossible de s'en sortir! Voilà pourquoi un substitut est nécessaire. Étant alors incapables par nous-mêmes de donner satisfaction, ou par nous-mêmes d'être délivrés de la colère de Dieu, il a plu à Dieu dans sa miséricorde infinie, de nous donner son Fils bien-aimé, qui est devenu péché et qui a pris le châtiment que nous méritions, et à notre place a satisfait à la justice de Dieu. C'est la doctrine du rachat par substitution. Tout ça ne peut être déclaré plus simplement. N'essayons pas d'améliorer le langage. C'est tellement simple. Notre Seigneur Jésus a pris la place de ceux pour qui Il devait mourir. Face à l'exigence de la justice de Dieu, Il représentait les hommes. Dans un sens légal, Il était devenu notre substitut. Voyez à quel point cette relation est précise. La satisfaction et la substitution, jumelées ensembles, donnent un résultat très précis. Par exemple, supposons qu'un client d'une banque décide de rembourser les hypothèques de milles autres clients de la banque; une relation précise s'établirait à l'égard de ces mille hommes et la dette de ces milles hommes serait payée mais non pas la dette de tous les autres propriétaires d'hypothèque de la même banque. La relation s'adresse à un groupe en particulier. Il en est de même avec la croix, avec le rachat de Christ. Quiconque est en Christ, quiconque est représenté par lui sur la croix, quelle que soit la grandeur ou l'énormité de son péché, sa dette est payée. Si tous les hommes étaient en Lui, alors la dette de tous les hommes disparaîtrait pour toujours. Quiconque est représenté par Lui, la dette n'existe plus. Dieu dans son jugement ne pourra et ne tiendra pas cet homme redevable. Sa dette a été payée. Telle est l'idée de substitution dans le Rachat. C'est exactement la doctrine que les Écritures enseignent en utilisant diverses expressions. Deux termes dans le Nouveau Testament expriment cette idée de substitution. Nous retrouvons le mot «pour» qui peut signifier «à la place de». Dans Romains 4:25: «...il a été livré pour nos fautes, et Dieu l'a ressuscité pour que nous soyons déclarés justes.» Plusieurs autres termes utilisés ont fondamentalement le même sens. Matthieu 20:28: «...et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.» Ça revient à dire «à notre place» «au compte de quelqu'un». Cette idée de «à notre place» ou «au compte de», est possible seulement parce que Christ satisfait «à notre place» ou «au compte de» ceux pour qui il est mort. Le Seigneur Jésus, «celui qui était innocent de tout péché, Dieu l'a condamné comme un pécheur à notre place pour que, dans l'union avec Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu.» Ce ne sont que quelques exemples tirés des Écritures, dans lesquelles nous retrouvons le sens de substitution. Le troisième élément sur le Rachat c'est sa valeur infinie. On ne doit pas calculer sa valeur avec des chiffres. Ici il n'est pas question de quantité mais de qualité, de valeur intrinsèque. La vérité sur la valeur infinie du Rachat répond aux questions suivantes: comment la mort d'une personne peut-elle couvrir les péchés de plusieurs? Comment se fait-il que le Rachat de Christ ne s'applique pas juste pour une personne, mais pour plusieurs? Ou encore, comment le péché commis contre l'infinie Majesté de Dieu, qui méritait la colère infinie de Dieu et le châtiment éternel, comment ce péché peut-il être racheté dans un moment par les souffrances et la mort de notre Seigneur Jésus-Christ? Toute la colère infinie de Dieu a été concentrée à ce moment là, quand Jésus s'est écrié: «Mon Dieu, mon Dieu, à ceci tu m'as désigné!» (Matthieu 27:26; Marc 15:34; Psaumes 22:1) Cette valeur infinie répond à la question: comment pouvons-nous être retiré de notre état de perdition totale, pas simplement comme au paradis terrestre, mais comme recevant une justice éternelle que nous ne pourrons jamais perdre? Comment cette vie éternelle peut-elle devenir nôtre? Voici la réponse: c'est parce que le Rachat a été accompli par le Fils de Dieu... le Dieu Infini et Éternel Lui-même dans une chair semblable à celle du péché, tout en étant parfaitement juste et saint; Jésus a apporté cette satisfaction. Son sacrifice était «abondamment suffisant pour expier les péchés du monde entier.» Cette expression souvent débattue ne peut vouloir dire que Christ était mort pour tous les hommes. Ce serait adopter la doctrine Arminienne. Cela ne veut pas dire non plus que Christ a apporté satisfaction pour le monde entier. L'idée qu'on doit retenir, c'est que la mort de Christ est tellement précieuse, qu'elle aurait été suffisante pour le monde entier. Si Dieu avait voulu sauver le monde entier (tête par tête, âme par âme), aucun autre sacrifice n'était nécessaire. La mort de Christ était suffisante en elle-même pour le monde entier et même pour des milliers d'autres mondes. La mort du Fils de Dieu est d'une valeur infinie: il n'y a pas de limite à sa valeur intrinsèque. Finalement, parlons maintenant de l'efficacité du rachat. Le rachat est efficace. Cet élément ne doit pas être séparé du rachat. Le terme efficace amplifie la réalité, l'actualité, le fait accompli des éléments précédents. Dans le conseil souverain et dans le plan merveilleux de Dieu le Père, la mort précieuse de son Fils, accordait un salut efficace à tous les élus, leur conférant le don de la foi qui justifie et leur donnant infailliblement le salut. C'était la volonté de Dieu, que par son sang versé à la croix, Jésus-Christ confirmait cette nouvelle alliance, que le salut s'adressait à tout peuple, toute tribu, toute nation et toute langue, à tous ceux mais à ceux-là seulement qui avaient été choisis de toute éternité pour être sauvés; ils étaient donnés au Fils par le Père. Par sa mort, Jésus leur avait imputé la foi (un don de l'Esprit), les avait délivré de leurs péchés, (originel et actuel) commis avant ou après avoir cru, les gardant fidèles jusqu'à la fin, afin qu'ils paraissent sans tache et sans reproche, pour jouir de Sa glorieuse présence éternellement. Le terme sur lequel nous attirons votre attention c'est l'efficacité, la puissance d'accomplissement associée à la mort de Christ. Une telle efficacité est sous-entendue dans le rachat. En réalité, quand les éléments de satisfaction, de substitution et de valeur infinie sont inclus dans le rachat, il n'y aurait nul besoin de rajouter le terme «efficacité». Les trois éléments mentionnés ont la même signification. Mais parce que les Arméniens ont parlé de satisfaction et substitution sans pour autant parler d'efficacité, il était devenu nécessaire de dire: «Oui, mais la mort de Christ est efficace.» Tout comme avec l'expression «dépravation» nous savons que la dépravation est toujours totale. Ça n'existe pas un homme à moitié pourri. Mais parce que quelques-uns ont parlé de dépravation partielle, il est devenu nécessaire de rajouter le mot «totale» à dépravation. Il en est de même pour le «rachat efficace». On ne peut concevoir un rachat «inefficace» ce serait une contradiction. Le mot rachat veut dire «racheté» pour tous ceux pour lesquels Christ s'est substitué. Christ est mort et a racheté tous ceux qui étaient en Lui (il y a 2000 ans quand Il est mort). Voilà ce que la mort de Christ a accompli pour eux avant même qu'ils naissent en ce monde. Ils sont délivrés de leur culpabilité. La justice et la vie éternelle leur appartiennent pour toujours. Leur droit à toutes les bénédictions du salut a été établi pour toujours à la croix. Il nous faut même mettre délibérément une double emphase sur l'élément crucial dans l'efficacité de la mort de Christ (l'efficacité et la puissance de la mort de Christ). C'est-à-dire que Christ a acheté (ou obtenu) pour ses élus, la foi. Le rachat ne veut pas dire que Christ nous donne la justice et la vie éternelle ainsi que toutes les autres bénédictions qui se rattachent au salut et que maintenant Il nous dit dans l'Évangile: «Le salut est ici, mais ça dépend de votre décision d'y croire.» Pas du tout! Christ nous a obtenue la foi. Par ce don de la foi, Il garantie que tous ceux pour qui Il est mort vont croire inévitablement et auront droit personnellement et consciencieusement à tous les bienfaits du salut obtenus par Sa mort. Alors donc, la présente application de toutes les bénédictions du salut (faisant partie du plan souverain de Dieu) au moyen duquel Moi et tous les enfants de Dieu en viennent à prendre conscience de la possession du salut, cette application est basée et garantie par le rachat. Toutes ces bénédictions ont été une fois pour toute, achetées, méritées, obtenues sur la croix; elles appartiennent à Christ et à tous ceux qui étaient en Christ à la croix. Tous les saints qui sont morts avant, les saints de l'ancienne alliance, ils étaient en Christ à la croix. Tous les élus qui ont vécu au temps de Christ sur terre, conscients d'être des enfants de Dieu, ou pas encore convertis, ils étaient en Christ à la croix. Tous les enfants de Dieu qui n'étaient pas encore nés à ce moment là, ou qui ne sont pas encore nés aujourd'hui, ils étaient en Christ à la croix. Jésus avait pris leur place, Il les représentait; et pour eux tous Il achetait (obtenait) toutes les bénédictions du salut. Quelle grâce extraordinaire! Tout le Conseil Souverain avait pris naissance dans le Décret Éternel de Dieu le Père, afin que la mort si précieuse de son Fils Jésus, s'étende à tous les Élus, leur accordant la foi justificatrice qui conduit infailliblement au salut. C'était la volonté de Dieu, que Christ par son sang versé à la croix (moyen par lequel Il confirmait la nouvelle alliance), Il rachetait effectivement ceux de chaque peuple, tribu, nation et langue, tous ceux qui de toute éternité avaient été choisis pour être sauvés et être donnés à Christ par Dieu le Père. La foi et tous les autres dons du Saint-Esprit leurs étaient accordés par la mort de Jésus, les lavant de tous péchés (passés, présents et futurs), les rendant sans tache et sans reproche pour jouir de Sa présence pour toujours.

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact