A CEUX QUI FONT PROFESSION D’ÊTRE CHRÉTIENS (Finney Ch.) 18

06:43Ministere MotsdeDieu

LE CHAPITRE VII DE L'EPITRE AUX ROMAINS. Versets 14 à 25 principalement. Rom 7 :14-25 J'ai plus d'une fois fait allusion à ce chapitre; mais, n'ayant pu encore l'étudier directement et à fond, j'ai jugé utile d'en faire le sujet d'un discours spécial. I. En premier lieu, j'exposerai les principales opinions qui se sont fait jour au sujet de la signification de cet important passage. 1. D'après une opinion qui a été fort en vogue, et qui aujourd'hui encore est celle de beaucoup de gens, les versets 14 à 25 du VIIme aux Romains seraient la description abrégée d'une expérience chrétienne. Ils seraient destinés à décrire la lutte du chrétien contre le péché qui habite en lui. Il y a lieu de remarquer que cette manière de voir est comparativement moderne. On ne peut citer aucun écrivain des premiers siècles qui l'ait soutenue. D'après le professeur Stuart, qui a étudié ce sujet plus complètement que personne en Amérique, Saint Augustin est le premier qui ait donné cette interprétation, ce qu'il fit dans sa controverse avec Pélage. 2. L'autre interprétation de notre texte est celle qui voit dans notre passage l'expérience d'un pécheur convaincu de péché, agissant par des motifs légaux et n'ayant point encore fait l'expérience de la grâce proclamée par l'Evangile. Cette interprétation a prévalu dans les premiers siècles de l'Eglise et elle est encore généralement adoptée en Europe, ainsi que par un nombre considérable d'auteurs anglais et américains. II. Je dois vous montrer combien il est important de bien entendre le passage que nous étudions. Une saine intelligence des versets 14 à 25 a toute l'importance d'un principe fondamental. En effet, si ce morceau décrit l'expérience purement légale du pécheur sous la conviction de péché, et qu'un lecteur se persuade que cette expérience (où il retrouve la sienne) est celle du chrétien, il. ne manquera pas de se considérer comme un vrai chrétien, parce qu'il est d'accord avec le chapitre VII des Romains,, et demeurera plongé dans une funeste sécurité (1). (1) Que de gens, en effet, faisant profession d'être chrétiens, qui avouent l'esclavage du péché dans lequel ils vivent, et qui s'excusent en alléguant l'exemple d'un Saint Paul vendu au péché! (Trad.) III. Je dois exposer quelques principes et quelques faits qui sont en rapport avec le sujet qui nous occupe. 1. Il est certain que l'homme est fait de telle manière qu'il suit toujours la ligne de conduite que, tout bien considéré, il tient pour préférable. En d'autres termes, c'est la volonté de l'homme qui dirige sa conduite et gouverne ses membres ; l'homme n'agit jamais contre sa volonté. 2. L'homme désire souvent la chose, qu'en fin de compte, il ne choisit pas. Le désir et la volonté sont souvent opposés l'un à l'autre. C'est la volonté qui détermine la conduite et non pas le désir. Le désir est donc souvent opposé au choix et à la conduite. Vous pouvez désirer de quitter cette salle en cet instant pour vous en aller ailleurs et cependant, tout bien considéré, choisir de rester à votre place. Un homme peut désirer très vivement de faire un voyage; ce serait important pour ses affaires, cela flatterait son orgueil et ses goûts; mais ses enfants malades ou quelque autre affaire grave demandent qu'il reste à la maison ; aussi, tout bien compté, se décide-t-il à rester. La conduite suit toujours la détermination de la volonté, le choix actuel. 3. La régénération ou conversion est un changement de choix. C'est un changement dans cette détermination suprême de la volonté d'où découle toute la vie. Celui qui est régénéré ou converti préfère la gloire de Dieu à toute autre chose; il la choisit comme objet suprême de toutes ses affections. Son coeur est changé; il avait choisi auparavant son propre intérêt ou son bonheur comme but suprême ; maintenant il choisit le service de Dieu de préférence à son propre intérêt. Une forte tentation peut produire exceptionnellement chez lui un choix mauvais et même une succession de choix mauvais ; mais habituellement sa volonté est bonne, son choix est bon, et sa conduite de même, par conséquent. Si ce point est contredit, je demande alors quelle différence il y a entre un homme converti et un homme inconverti. Si celui qui est converti ne pratique pas habituellement les commandements de Dieu, je demande en quoi consiste la conversion. Mais je présume que mon assertion ne sera contestée par aucun - de ceux qui croient à la régénération. 4. Tout être moral est constitué de telle façon, qu'il approuve naturellement et nécessairement ce qui est bien. L'être moral est celui qui est doué d'une intelligence, d'une volonté, d'un coeur et d'une conscience. La conscience est la faculté qui discerne le bien et le mal, qui approuve le premier et réprouve le second. On ne peut nier que le pécheur en soit doué ; s'il ne l'était pas, il ne pourrait approuver la loi de Dieu non plus que les pénalités qu'elle prononce, il ne pourrait être convaincu de péché. Il n'y a pas un être moral, ni dans le ciel, ni sur la terre, ni dans l'enfer, qui ne puisse être amené à reconnaître que la loi de Dieu est bonne et dont la conscience ne soit obligée d'approuver cette loi. 5. Non seulement l'homme approuve la loi et la déclare juste et bonne; mais souvent, quand il la considère abstraitement et sans rapport avec sa propre personne, il prend un réel plaisir à la contempler. C'est là un fait qui est la cause de beaucoup d'illusions; et je dois vous y rendre attentif. On considère la loi de Dieu en elle-même et on l'aime. Quand il n'y a aucune raison égoïste qui s'y oppose, on l'admire. En principe, chacun approuve le bien et condamne le mal. Personne n'approuve la méchanceté tant qu'aucune raison personnelle ne l'y pousse ; qui, en effet, a jamais rencontré un homme assez mauvais pour approuver le mal considéré abstraitement? a-t-on jamais vu un homme qui approuvât le caractère moral du diable ou celui de quelque criminel entièrement perverti, à moins d'y avoir quelque intérêt ? Que de fois n'avez-vous pas entendu de méchants hommes exprimer la plus grande horreur et l'indignation la plus vive au sujet de la méchanceté d'autrui? Quand leurs passions ne sont pas enrôlées au service de l'erreur ou du mal, les hommes se déclarent toujours pour le bien; l'approbation qu'ils lui donnent est obligée, elle est un effet de leur constitution morale. Or cette approbation peut s'élever jusqu'à l'enthousiasme et leur faire trouver un véritable plaisir dans la contemplation de la bonté morale, à condition qu'elle ne gêne en rien leur propre égoïsme. 6. Cette approbation de la vérité et de la loi de Dieu, qui tient à notre constitution morale, n'a rien, de vertueux. Elle fait partie de notre nature; elle jaillit naturellement et nécessairement de notre âme. Bien loin d'être vertueuse, elle fait d'autant plus ressortir la méchanceté de l'homme qui, connaissant le bien, l'approuvant et l'admirant, ne le pratique cependant pas. Il ne faut donc pas s'imaginer que cette approbation du bien soit, chez les pécheurs impénitents, quelque chose de saint. La gravité du péché est proportionnelle à la lumière reçue. Or, plus le pécheur impénitent discerne l'excellence de la loi de Dieu, l'approuve et trouve de plaisir en elle, plus il est, non pas saint, mais coupable, puisqu'il ne lui obéit pas; la connaissance et le sentiment qu'il a du bien ne font que montrer combien est grande sa méchanceté, et rendre chez lui le péché « excessivement pécheur. » 7. L'on a coutume de dire : « Je voudrais faire ceci ou cela, mais je ne puis pas, » voulant dire par là qu'on a bien le désir de faire la chose, mais qu'on ne s'y décide pas. « Je ne puis pas, » signifie donc en ce cas : «Je pourrais si je voulais, mais je ne veux pas.» Il n'y a pas longtemps que je demandais à un ministre de prêcher à ma place le dimanche suivant; il me répondit: « Je ne puis pas; » je découvris ensuite qu'il l'aurait pu s'il l'avait voulu. Je demandais un jour à un marchand de me céder un article pour un certain prix; il me répondit: «Je ne puis pas.» Ce n'est pas qu'il fût réellement hors de son pouvoir de me donner cet article pour ce prix, car il l'aurait pu s'il l'avait voulu; cela signifiait seulement qu'il ne se souciait pas de faire ce que je lui demandais. Quand nous lirons le chapitre que nous avons pris pour texte, vous verrez le rapport qu'il y a entre ces remarques et le sujet que nous étudions. IV. Je désire maintenant vous donner quelques règles d'interprétation dont on ne peut s'écarter si l'on veut arriver à l'intelligence de la Bible ou de tout autre document. 1. Sous devons toujours interpréter chaque passage dans le sens requis par la nature du sujet traité. On peut tordre le sens de toute parole si l'on perd de vue le sujet qu'elle se propose d'élucider. Que de fois, séparant des passages de leur contexte, ne les a-t-on pas interprétés sans égard pour ce principe ! c'est ainsi que des erreurs innombrables et des plus absurdes se sont maintenues. Les cours de justice ne permettraient jamais, dans leur sein, les procédés d'interprétation que l'on se permet quand il s'agit de la Bible. 2. Nous sommes toujours tenus d'interpréter le langage d'un homme de façon et ce que le sens que nous lui attribuons soit, autant que possible, en accord avec le caractère et les convictions de cet homme. Nous devons faire tout ce qui dépend de nous pour ne pas mettre cet homme en contradiction avec lui-même. Si nous n'observons pas cette règle, nous pourrons à peine converser cinq minutes avec notre prochain sans l'accuser de se contredire lui-même; et nous devrons renoncer à nous comprendre les uns les autres. Le témoin né pourra plus éclairer le jury devant lequel il dépose, si ses paroles peuvent être torturées à plaisir, sans égard pour la règle que nous rappelons ici. 3. Pour comprendre un discours, il ne faut jamais en perdre de vue le but. On ne peut comprendre un raisonnement si l'on ne tient pas compte du but que l'auteur se propose, et c'est ait point de vue de ce but que son langage doit constamment être expliqué. Que d'erreurs l'oubli de cette règle n'a-t-il pas produites dans l'interprétation des Saintes Ecritures! V. Recherchons maintenant le sens de notre texte à la lumière des principes que nous venons de poser, et donnons les preuves à l'appui. Faisons tout d'abord quelques remarques : 1° Dans tout ce passage, Paul emploie la première personne. Qu'il entende réellement parler de lui-même, à une époque plus ou moins éloignée de sa vie, ou qu'il ait en vue un cas supposé, cela n'importe pas beaucoup à la saine interprétation de son langage. Beaucoup de gens pensent que, l'apôtre parlant à la première personne, il faut admettre qu'il parle de lui-même, tel qu'il est au moment où il écrit. Mais quand on discute un principe, il est généralement d'usage de supposer un cas particulier que l'on prend comme exemple. Et, dans ce cas, il est fort naturel de s'exprimer à la première personne, sans avoir en aucune façon l'intention de parler de soi. L'apôtre Jacques au IIIme chapitre de son épître parle à la première personne et cela en adressant à ses frères de sévères avertissements : « Mes frères, ne soyez pas beaucoup de docteurs, sachant que nous en recevrons une plus grande condamnation; car nous bronchons tous en beaucoup de choses. » « Par elle (la langue), nous bénissons Celui qui est Dieu et Père ; et par elle, nous maudissons les hommes qui ont été faits à la ressemblance de Dieu. » L'apôtre Paul emploie souvent le pronom de la première personne, et il s'en sert quand il discute des principes généraux : « Toutes choses me sont permises, mais toutes choses ne sont pas avantageuses ; toutes choses me sont permises, mais je ne serai sous la dépendance de quoi que ce soit. » (1 Cor VI, 12) « Je dis : la conscience, non la tienne, mais celle de l'autre ; car pourquoi ma liberté serait-elle jugée par une autre conscience? Et si je mange avec actions de grâces, pourquoi serais-je calomnié au sujet d'une chose dont je rends grâce? » (1 Cor X. 29.) «.Nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui, je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu. » (1 Cor XIII. 12.) « Si je réédifie les choses que j'ai détruites, je me constitue moi-même transgresseur. » (Gal II 18.) Dans la, Ire aux Corinthiens, (1 Cor IV :6), Paul informe ses lecteurs qu'il prend sa personne comme simple exemple dans les explications qu'il leur donne : « C'est à cause de vous, frères, que j'ai tourné figurément ces choses sur moi et sur Apollos, afin que vous appreniez en nous à ne point penser au delà de ce qui est écrit, et que nul de vous, en faveur de l'un, ne s'enfle contre l'autre. » 2° Le langage de l'apôtre est applicable, en très grande partie, au chrétien déchu auquel ne restent plus que les formes de la religion. Ce chrétien a perdu son premier amour, et il est de nouveau sous l'influence des motifs légaux de l'espérance et de la crainte, exactement comme le pécheur impénitent. Aussi les expressions employées par St Paul s'appliquent-elles également à l'un et à l'autre. Mais de ce que notre texte décrit l'expérience du chrétien déchu, il serait visiblement faux de conclure qu'il décrit une expérience chrétienne. Tout ce que l'on peut dire, c'est que le chrétien déchu et le pécheur impénitent sont semblables à beaucoup d'égards. Je n'hésite pas à affirmer hautement que celui qui a conscience d'être mu par l'amour de Dieu n'aura jamais la pensée de s'appliquer à lui-même ce chapitre VII des Romains. Mais si quelqu'un n'est pas animé de cet amour, qu'il soit chrétien déchu ou pécheur convaincu de péché, ce chapitre décrit sa vie intime. 3° Quelques expressions dont se sert ici l'apôtre peuvent s'appliquer au croyant qui n'est pas habituellement en état de chute, mais qui est momentanément vaincu par la tentation et qui, subjugué qu'il est par ses passions, parle de lui-même comme s'il était entièrement dans le mal. « Un homme est tenté, nous est-il dit, quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. » Celui qui est dans cet état trouvera dans notre chapitre bien des expressions qui s'appliqueront à son cas. S'en suit-il que ce chapitre VII des Romains décrive l'expérience du. chrétien? Loin de là. Cet état dans lequel un chrétien se trouvera momentanément par sa chute, c'est l'état habituel du pécheur impénitent convaincu de péché. Quoi qu'il en soit, l'ensemble de notre chapitre ne permet évidemment pas de voir ici la description d'une expérience chrétienne. Mon opinion est que l'apôtre a voulu raconter l'expérience du pécheur qui est sorti de son indifférence et qui est fortement convaincu de péché, mais non converti. Voici mes raisons: 1° Il est manifeste que l'apôtre décrit ici l'état habituel de quelqu'un. Et ce quelqu'un, c'est un homme qui est entièrement sous la dépendance de la chair. Dans son ensemble, notre texte, versets 14 à 25, ne décrit donc pas l'expérience d'un homme qui succomberait momentanément à la tentation ; il décrit celle de l'homme qui tombe habituellement dans le péché, malgré l'approbation qu'il donne à la loi de Dieu. 2° Décrire l'expérience d'un chrétien aurait été sans rapport avec le but que se proposait l'apôtre. Après avoir établi que la justification n'a lieu que par la foi, et non par les œuvres de la loi, il s'efforce de justifier la loi dans son rôle auprès de l'homme charnel. Dans notre chapitre VII, il soutient que la sanctification, comme la justification, n'est que par la foi. « Ignorez-vous, frères, — car je parle à des gens qui connaissent la loi, — que la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit? Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre. De même, mes fières, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. » En d'autres termes : Pendant que vous étiez sous la loi, vous ne pouviez être justifiés qu'en l'accomplissant tout entière. Mais maintenant, ayant été affranchis de la loi comme norme d'après laquelle vous devriez être jugés, vous n'êtes plus sous l'influence des considérations légales de la crainte et de l'espérance, car Christ, auquel vous êtes unis comme l'épouse à l'époux, a mis de côté la pénalité de la loi, afin que vous fussiez justifiés devant Dieu par la foi. « Car, lorsque nous étions dans la chair, » c'est-à-dire lorsque nous étions encore inconvertis, «les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. Mais, maintenant nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non sous le régime ancien de la lettre. » Telle est la vraie condition du chrétien : il sert dans un esprit nouveau, il a quitté le légalisme, l'esclavage de la lettre. Il a fait l'expérience que le fruit de le loi, c'est la mort, et que seul l'Evangile a pu l'amener à la vraie soumission à Dieu. Ici se présente une objection. « La loi est-elle donc péché ? Loin de là! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit: Tu ne convoiteras point. Et le péché, saisissant l'occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi le péché est mort. Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais ; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. Ainsi le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. » Mais, (ici revient l'objection) « ce qui est bon as-t-il donc été pour moi une cause de mort? Loin de là ! Mais c'est le péché, afin qu'il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et quo, par le commandement, il devint condamnable au plus haut point. » L'apôtre justifie donc la loi en montrant que ce n'est pas à elle, mais au péché qu'il faut attribuer la mort; et il montre combien le péché est exécrable, ce péché par le moyen duquel la bonne loi de Dieu elle-même devient un instrument de mort. « Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. » Ici est le noeud de la question. Remarquez-le bien : ce que l'apôtre se propose, c'est de justifier la loi que son interlocuteur supposé prétend être mauvaise, parce qu'elle est un instrument de mort pour le pécheur. A l'encontre de cette objection, St Paul entreprend de montrer que toute l'action qu'exerce la loi sur le cœur du pécheur démontre l'excellence même de la loi. La loi est bonne, dit-il, mais tout le mal vient « des passions des péchés qui sont dans les membres de celui qui est dans la chair. » Il en vient ainsi à décrire cette expérience qui est le sujet de la grande controverse que nous avons rappelée. « La loi est spirituelle, mais je suis charnel. » Ce mot de charnel n'est appliqué qu'une seule fois par Paul à des chrétiens; il l'applique à des hommes dont l'état spirituel laissait beaucoup à désirer : « Vous êtes encore charnels, dit-il aux Corinthiens, car puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et de la dispute et des divisions, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme? » Il s'agissait de chrétiens en état de chute, qui agissaient comme s'ils n'avaient pas été convertis. Le terme de charnel lui-même désigne généralement les pires pécheurs. Paul définit ce terme en ajoutant : « vendu au péché. » Pouvait-il s'appliquer à lui-même ces expressions, au moment où il les écrivait ? Etait-il alors vendu au péché ? Pouvons-nous penser cela du grand apôtre ? Non, son but n'est point de parler de lui-même mais de justifier la loi des accusations lancées contre elle; et il le fait au moyen d'un cas imaginaire, avec lequel il s'identifie par une figure de langage. Il continue : « Car ce que j'accomplis, je ne le reconnais pas; car je ne fais pas ce que je veux, mais je pratique ce que je hais. » Vous voyez ici l'application qu'il faut faire des principes que j'ai posés. Le je veux ne doit pas être entendu du choix ou de la volonté, mais simplement du désir ; l'entendre autrement serait mettre l'apôtre en contradiction complète avec les faits; car chacun sait très bien que la volonté gouverne la conduite. Aussi le professeur Stuart a-t-il traduit très convenablement par je désire : « ce que je désire, je ne le fais pas ; ce que je hais, je le fais. » Ensuite vient la conclusion « Si donc je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. » Si je fais ce que je désapprouve, je désapprouve ma propre conduite, je me condamne moi-même et par là j'atteste l'excellence de la loi. Maintenant, lisez le verset suivant sans perdre de vue le but de l'apôtre : « Ce n'est donc plus moi qui accomplis cela, mais le péché habitant en moi. » Ici, il parle comme s'il était divisé contre lui-même, comme s'il possédait deux natures, ou comme quelques philosophes païens l'ont enseigné, comme s'il possédait deux âmes, l'une approuvant le bien, l'autre aimant et choisissant le mal : « Car je sais qu'en moi, c'est-à-dire en ma chair, il n'habite pas de bien; car le vouloir se tient à mes côtés, mais le moyen d'accomplir le bien, je ne le trouve pas. » Ici, le vouloir signifie simplement l'approbation; car lorsqu'un homme VEUT réellement faire une chose, il la fait; chacun le sait parfaitement. L'interprétation que nous donnons ici correspond à l'expérience de tout pécheur convaincu de péché; ce pécheur-là sait ce qu'il doit faire, il l'approuve fortement, mais il n'est pas prêt à le faire. Supposons que j'adresse un appel à ceux d'entre vous qui sont pécheurs impénitents, les priant de s'avancer et de s'asseoir sur ce premier banc, afin que nous puissions voir quels ils sont, prier pour eux, leur montrer leurs péchés et leur devoir de se soumettre à Dieu, — quelques-uns ne se diraient-ils pas : « Je sais que c'est mon devoir, j'ai un grand désir de le faire, mais je ne puis pas. » Qu'est-ce que cela signifierait ? Cela signifierait simplement que, tout compté, leur volonté se refuserait à se rendre à mon appel. Au verset 20, Paul répète ce qu'il a dit plus haut : « Et si ce que je ne veux pas, je le pratique, ce n'est plus moi qui accomplis cela, mais le péché habitant en moi, » Est-ce là l'état d'âme et l'expérience habituelle du chrétien? J'admets qu'un chrétien puisse tomber assez bas pour que ce langage s'applique à lui; mais s'il se trouve habituellement dans cet état, en quoi diffère-t-il d'un pécheur impénitent ? Si Paul décrit ici l'état habituel du chrétien, il est complètement faux de dire avec la Bible que les saints sont ceux qui obéissent réellement à Dieu ; car nous aurions ici un chrétien dont il serait dit qu'il n'obéit jamais. « Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. » Ici, l'apôtre parle de l'action des mauvais penchants comme étant si continuellement prédominante qu'il l'appelle « une loi. » « Car je prends plaisir à la loi de Dieu selon l'homme intérieur. » C'est ici qu'est la grande pierre d'achoppement qui rejette tant de gens dans la fausse interprétation que nous combattons. « Peut-on dire, objecte-t-on, que le pécheur impénitent prend plaisir à la loi de Dieu ? » Je réponds : Oui Je sais que l'expression est forte, mais les expressions fortes sont ici continuelles, Paul les emploie aussi bien dans un sens que dans l'autre. Du reste, l'expression est la même que celle dont Dieu se sert au chap. LVIII d'Esaïe en l'appliquant aux Juifs rebelles ; « Crie à plein gosier, n'épargne pas ta voix, élève la comme une trompette, et déclare à mon peuple leur rébellion et à Jacob leurs péchés. Chaque jour ils me cherchent, et ils se plaisent à connaître mes voies comme une nation qui pratiquerait la justice et n'aurait pas abandonné la loi de son Dieu ; ils me demandent des jugements de justice, et PRENNENT PLAISIR à approcher de Dieu. » De même dans Ezéchiel, chapitre XXXIII v. 32 : -« Tu es pour eux (toi Ezéchiel) comme un chanteur agréable, comme une belle voix et un habile joueur de harpe. Ils écoutent tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique. » Et Dieu venait de dire au prophète combien ce peuple était méchant : « Ils se rendent en foule auprès de toi, et ils s'asseyent devant toi comme mon peuple ; ils écoutent tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique; car, de leur bouche, ils eu font des propos charmants, mais leur coeur s'attache à leurs convoitises. » Voilà donc des pécheurs visiblement impénitents qui aiment à entendre la voix éloquente du prophète. De même aujourd'hui, nous voyons souvent des pécheurs impies prendre plaisir à une prédication éloquente, jouir de l'argumentation puissante de quelque prédicateur capable ; c'est pour eux une fête intellectuelle. Et parfois ils y prennent un tel plaisir qu'ils s'imaginent réellement aimer la Parole de Dieu. Ce plaisir que l'on prend à la loi de Dieu et à la prédication qui en est faite est parfaitement compatible avec l'inimitié contre le vrai caractère de Dieu et avec l'entière perversité du cœur ; il contribue même à les mettre dans un plus grand jour: en connaît et on approuve la vérité,, mais on ne la pratique pas (Voir Luc 12 :47,48 Trad.). C'est pourquoi, malgré ce plaisir trouvé dans la loi de Dieu, Paul ajoute : « Mais je vois dans mes membres une autre loi qui combat contre la loi de mon intelligence, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes. membres. Misérable homme que je suis ! qui me délivrera du corps de cette mort ? » Puis viennent les mots : « Je rends grâces à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur, » qui ne sont absolument qu'une parenthèse, une exclamation personnelle qui rompt le fil de la pensée. Enfin, vient la conclusion de tout le morceau : « Ainsi donc, moi-même, quant à l'intelligence, je suis asservi à la loi de Dieu, mais quant à la chair, je suis asservi à la loi du péché. » C'est comme s'il disait : « Mon meilleur moi, mon jugement impartial, ma conscience, approuve la loi de Dieu ; mais la loi qui est dans mes membres, mes passions ont un tel empire sur moi, que je désobéis toujours. » L'apôtre décrit donc l'état habituel d'un être qui est entièrement sous la puissance du péché. Il eût été tout à fait hors de son propos de raconter ici une expérience chrétienne. Son dessein était de justifier la loi, il devait donc de toute nécessité décrire, non l'expérience de celui qui est sous la grâce, mais l'expérience de celui qui est sous la loi. Du reste, si l'expérience qu'il décrit ici était celle du chrétien, l'apôtre raisonnerait à l'encontre de ses propres affirmations ; car il démontrerait que ce n'est pas seulement la loi qui est impuissante à dompter les passions et à sanctifier l'homme, mais que c'est encore l'Evangile. Une dernière raison, qui est décisive, c'est le fait que l'apôtre décrit ensuite l'expérience du chrétien qui est absolument différente. Au chapitre VIII, il parle de ceux qui ne sont pas sous la loi, ni dans la chair ; c'est-à-dire de ceux qui ne sont pas « charnels, » qui sont délivrés du joug de la loi et qui servent actuellement Dieu selon l'Esprit : « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent non selon la chair, mais selon l'Esprit. Car la loi de l'Esprit de vie qui est dans le Christ Jésus, m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. » (Il avait fait allusion à cette délivrance, lorsqu'il s'était écrié, dans la parenthèse chapitre VII, verset 25 : « Je rends grâces à Dieu etc.) « Car — chose impossible à la loi, parce que chair la rendait sans force — Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui. marchons, non selon la chair, mais selon l'Esprit. » De qui parle-t-il maintenant ? Si l'expérience décrite au chapitre précédent était celle du chrétien, de qui donc est celle qu'il décrit ici ? L'homme que l'apôtre nous présente au chapitre VIII est dans une condition entièrement différente de celui qu'il nous a présenté au chapitre VII. Celui-ci était sous la loi, esclave du péché, connaissant son devoir et ne le faisant pas. Chez l'homme du chapitre VIII, au contraire, ce que la loi n'avait pu produire à cause de la puissance des passions, l'Evangile l'a produit, de sorte que la justice qu'exigeait la loi a été accomplie. « Ceux, en effet, qui vivent selon la, chair s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'Esprit s'affectionnent aux choses de l'Esprit. Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'Esprit, c'est la vie et la paix ; car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. Or, ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. » Celui donc qu'au chapitre VII il appelle charnel ne saurait plaire à Dieu. « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'Esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, à la vérité, est mort à cause du péché, mais l'esprit est vie à cause de la justice. » Il s'agit ici d'un homme dont le corps est mort; auparavant le corps dominait sur l'âme et l'entraînait loin du devoir et du salut; mais maintenant le pouvoir des passions est vaincu. REMARQUES 1. Ceux qui trouvent leur propre expérience décrite dans le VIIme chapitre aux Romains ne sont pas convertis. Si leur état habituel est celui que décrit ce chapitre, v. 14 à 25, il est clair qu'ils ne sont pas régénérés, qu'ils sont convaincus de péché, mais qu'ils ne sont pas chrétiens. 2. Vous voyez combien il importe de rappeler au pécheur les exigences de la loi, afin de le porter à se condamner lui-même, à justifier Dieu et à apprécier l'Evangile. Les pécheurs ne sont jamais amenés à la vraie repentance tant qu'ils ne sont pas convaincus de péché par la loi. 3. Vous voyez en même temps l'entière insuffisance de la loi pour convertir l'homme. 4. Vous voyez le danger qu'il y a à prendre de simples désirs pour de la piété. Le désir du bien qui n'aboutit pas au choix du bien n'a rien de moral. Le diable lui-même peut avoir de semblables désirs. Les plus méchants hommes de la terre peuvent désirer d'avoir de la religion, et l'on ne peut douter qu'ils n'éprouvent ce désir, quand ils voient que la religion pourrait seule mettre un frein à leurs passions et les conduire au salut. 5. Jésus-Christ et l'Evangile nous présentent les seuls motifs qui puissent sanctifier; la loi ne peut que convaincre de péché et condamner. 6. Ceux qui sont véritablement convertis et qui ont reçu la liberté que donne l'Evangile, sont délivrés de l'esclavage de leur propre corruption. La domination que leur corps exerçait sur leur esprit est brisée. Ils peuvent avoir encore des luttes et des épreuves, même de grandes ; mais ils obtiennent la victoire sur le péché et font l'expérience qu'il est aisé de servir Dieu et que ses commandements ne sont pas pénibles. Le joug de Jésus-Christ leur est « doux et son fardeau léger. » 7. Celui dont la conversion est véritable a la paix avec Dieu ; il a conscience qu'il l'a; il en jouit. Il a le sentiment que ses péchés lui sont pardonnés et qu'il est victorieux du péché. 8. L'étude que nous venons de faire nous montre quelle est la condition véritable d'un très grand nombre de membres de l'Eglise. Toujours sous la loi, ils consument leur vie en vains efforts. Ils approuvent la loi dans ses préceptes et dans ses menaces ; ils se sentent condamnés et désirent la délivrance; mais ils restent malheureux; ils n'ont pas l’esprit de prière, ils ne jouissent pas de la communion Dieu et n'ont pas la certitude de leur adoption. Ils se reposent sur le chapitre VII des Romains ; « c'est exactement mon expérience, » disent-ils. Si c'est votre expérience, mes chers auditeurs, laissez-moi vous dire que vous êtes encore dans « des liens » Vous sentez que vous êtes sous la condamnation, vaincus par le péché, et à coup sûr vous éprouvez qu'un pareil état est plein d'amertume. Maintenant ne trompez plus votre âme en vous imaginant, qu'avec cette expérience vous pouvez vous aller asseoir à côté de l'apôtre Paul. Non ! vous êtes charnels, vendus au péché, et à moins que vous n'embrassiez l'Evangile, vous êtes perdus éternellement.

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact