l’appel au service 1/3

11:01Ministere MotsdeDieu

1 SERVIR COMME LUI « Je suis au milieu de vous comme Celui qui sert » Luc 22:27 1.1 Rencontres du Seigneur dans l’évangile de Jean Les rencontres du Seigneur seul à seul avec une âme sont caractéristiques de l’Évangile de Jean. Jésus y est fréquemment présenté comme opérant dans l’intimité avec le pécheur, s’entretenant avec lui personnellement, souvent sans témoins. Ces récits montrent la façon dont Dieu le Fils et une âme sont mis en contact, d’où leur valeur unique ; différents suivant l’état des âmes, ils constituent des tableaux d’une éternelle vérité. C’est Nicodème, le docteur instruit selon l’ancienne alliance, mais ignorant tout de l’œuvre divine ; c’est la femme du chapitre 4 à propos de laquelle nous apprenons que le dessein divin va bien au-delà du salut du pécheur ; c’est au chapitre 5 l’infirme de Béthesda, figure d’une âme dans sa misère et son manque total de ressource devant les exigences mises par la loi à sa guérison ; au chapitre 9, dans la guérison de l’aveugle-né, les ténèbres et la lumière sont mises en présence. Tous ces récits nous élèvent à une hauteur incomparable, celle de Dieu lui-même par rapport aux hommes avec leurs besoins divers. Mais, en même temps qu’ils servent de support à la révélation de doctrines d’une immense portée, ils nous fournissent un précieux enseignement pratique sur la façon dont les serviteurs de Dieu ont à rencontrer les âmes. Dieu a pu accomplir parfaitement son travail ici-bas en Christ, et maintenant ceux qui appartiennent à Christ sont les instruments par lesquels Dieu opère. Tous sont appelés à servir, tous représentent Dieu dans ce monde. L’exemple du Seigneur est donc placé devant chacun de nous. « Il nous a laissé un modèle, afin que nous suivions ses traces ». 1.2 Le Seigneur répond aux besoins avec grâce et vérité Dans toutes les rencontres dont nous venons de parler, — qu’il s’agisse du docteur de la loi qui ne connaît rien des vérités de la nouvelle naissance (ch. 3), — de l’être humain dans sa dégradation morale (ch. 4), — de l’homme incapable de tirer profit de la loi (ch. 5) et condamné par elle (ch. 8), — de l’homme dans son état d’aveuglement spirituel (ch. 9), — et même de l’homme dans son état de mort (ch. 11), le Seigneur est là pour répondre au besoin de la créature dans quelque situation qu’elle se présente, et Il le fait toujours avec grâce et avec vérité. « La grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ », et, mises en évidence de cette manière, elles font resplendir devant nous la gloire morale du Fils de Dieu ici-bas. 1.3 Le Seigneur se met au niveau des gens À Nicodème, qui était un docteur, le Seigneur s’est adressé comme le Docteur suprême, révélateur de toute la vérité. Dans son entretien avec lui Il ne cède sur aucun point, Il lui parle avec une netteté qui pourrait par moments paraître dure. Tout différent est le chemin que le Seigneur fraye pour atteindre la conscience et le cœur de la femme samaritaine. Il prend cette femme au point où elle en est. La vérité n’a pas d’action sur l’âme lorsqu’elle est au-dessus de l’état pratique de celle-ci. Le Seigneur ne se présente donc pas à la Samaritaine comme un docteur, mais comme le Sauveur. Il se met à son niveau, l’aborde sur le terrain de ses pensées courantes, lui parle de ce qu’elle peut comprendre. C’est toujours de cette manière qu’un vrai service s’effectue. La doctrine la plus sûre, si elle reste théorique, est d’un effet nul : elle doit s’appliquer à l’état précis de l’âme à laquelle elle est présentée. 1.4 Difficulté de s’adapter à l’état de l’interlocuteur Rien n’est difficile comme un contact réel avec une âme ; autant dire que cela est impossible si la grâce de Dieu ne le produit. Trouver le point où la vérité que nous avons à dire selon Dieu s’adapte à l’état d’une personne avec laquelle nous entrons en rapport ne saurait donc se faire sans exercice. C’est faute de cet exercice que tant de nos efforts sont stériles : ils sont notre travail et non celui de Dieu. Il nous arrivera de consoler quelqu’un qui a besoin d’être repris et d’avertir quelqu’un qui a besoin d’être consolé, — d’insister sur la grâce auprès d’une âme à laquelle il faudrait une parole sérieuse de répréhension, et de présenter uniquement la responsabilité à une personne dont la conscience délicate et tourmentée aurait besoin des accents de la grâce. Trouver le point de contact vital avec une âme est fondamental. S’il appartient au Seigneur d’ouvrir la brèche par laquelle entrera la bénédiction, il faut au serviteur beaucoup de patience au cours des entretiens, d’exercice préalable, et en tout cas il faut qu’il ait été appelé de façon précise au service qu’il entreprend. La dépendance si nécessaire sera réalisée si nous ne perdons pas de vue qu’il s’agit de l’œuvre du Seigneur, du travail de Dieu. Si nous n’en avons pas le sentiment, notre service sera vain. Pour parler à un cœur, à une conscience, il faut connaître l’état de ce cœur, de cette conscience, et il n’y a que Dieu qui le connaisse ; par conséquent le serviteur n’atteindra utilement la personne à laquelle il s’adresse que s’il est gardé dans la dépendance de Dieu. Alors l’Esprit lui donnera la parole à propos, qui pourra sinon toucher immédiatement cette âme, du moins commencer le travail que Dieu veut y accomplir et qui est souvent progressif. 1.5 Patience C’est pourquoi aussi il faut de la patience. Dans la scène de Jean 4 en particulier, nous voyons avec quelle patience le Seigneur agit. Il est frappant, par exemple, qu’il occupe la femme en premier lieu de questions matérielles. Elle est venue avec une cruche puiser l’eau dont elle a besoin ; le Seigneur lui-même, fatigué du chemin, a soif. C’est de ces circonstances, de ces besoins physiques, qu’il commence par entretenir cette femme. Il est pressé, sans doute, de l’entretenir d’autre chose, mais il faut commencer par là. Une autre parole risquerait de la rebuter ou de la faire partir, et Il cherche à la gagner, sagement, sans hâte. 1.6 Dépouillement de soi Remarquons à ce propos que le Seigneur ne plane aucunement au-dessus de l’âme dont Il veut le bien. Il se place à son niveau. La tendance à vouloir planer au-dessus de ceux qu’on prétend servir est pourtant universelle, et ceux qui désirent travailler pour le Seigneur doivent y prendre garde quand ils s’occupent des autres : si nous faisons état, ouvertement ou non, de nos capacités, de notre niveau social, de nos avantages matériels ou de nos connaissances, nous méprisons l’exemple de Jésus, et nous risquons fort de ne rien apporter à la personne à laquelle nous nous intéressons. Le dépouillement de soi est indispensable pour servir. 1.7 Le Fils de Dieu, exemple d’abaissement et de dévouement Considérons ici Celui sur qui repose toute la gloire des conseils de Dieu : un homme lassé du chemin, qui n’a rien, ni argent, ni relations, ni influence, en apparence le plus faible des hommes. Tel était le chemin d’abaissement volontaire du Fils de Dieu qui l’a conduit, à part le péché, au niveau de la créature à laquelle Il voulait s’adresser, et que l’acquisition d’une conscience coupable avait rendue défiante et craintive, comme nous le voyons au jardin d’Éden aussitôt après la chute. Il ne fallait rien moins que cet abaissement du Fils pour gagner la confiance de la créature. Nous pouvons comprendre ainsi que ce n’est pas une petite chose que d’entrer dans la sphère où évolue une âme, et d’y entrer d’une façon telle que la confiance naisse dans cette âme. Jésus nous donne l’exemple du travail et de l’application que cela suppose. Il est avec cette Samaritaine comme s’Il n’avait rien d’autre à faire, comme si tout son service se réduisait à cette rencontre. Il s’y consacre entièrement. Ce dévouement complet nous manque lui aussi beaucoup, le dévouement qui nous ferait nous enquérir avec un intérêt sincère et profond des circonstances de ceux à qui nous avons affaire. Il n’y a pas d’autre entrée auprès des âmes, et spécialement des inconvertis. 1.8 L’amour gagne la confiance Ce dévouement procède de l’amour divin. Dieu travaille comme le Dieu qui « a tant aimé le monde ». Que ses serviteurs montrent cet amour en action dans leur travail ! C’est l’amour divin qui conduit le Seigneur au puits de Sichar pour y rencontrer la femme de la Samarie. C’est cet amour qui gagne sa confiance. Elle voit que Jésus n’est pas un Samaritain mais un Juif, et elle est surprise. « Voilà, pense-t-elle, quelqu’un qui ne me méprise pas, qui ne me fait pas sentir sa supériorité ». La manière de faire du Seigneur n’étonne pas moins les disciples. C’est tellement notre tendance naturelle d’établir des principes et des règles que, lorsque le Seigneur Jésus se présente et qu’Il va directement au cœur, Il étonne. Dans l’esprit de la femme il s’agit simplement d’une de ces distances que la vanité humaine établit entre les diverses classes de personnes, — ici sur le plan religieux, entre Juifs et Samaritains. Prenons garde de ne pas faire sentir quelque distance que ce soit, et pour cela soyons remplis de l’amour de Dieu par le Saint Esprit. C’est une question de réalité, non de théorie, il nous faudra être exercés toujours à nouveau et nous tenir pour nous-mêmes dans la présence de Dieu. Dans une telle présence toutes les distinctions de ce monde disparaissent, et tout ce qu’engendre l’orgueil humain est jugé. C’est ainsi que toutes les hiérarchies religieuses apparaissent comme autant d’abominations. Le principe immuable dont nous avons à nous souvenir est et reste celui-ci : « Quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur » (Matt. 20:26). 1.9 Le dévouement et l’humilité : des traits divins Or cet abaissement, cette humilité dont le Seigneur nous donne l’exemple parfait, ne peut être le fruit d’une décision de notre propre volonté. L’imitation de l’humilité n’est pas meilleure aux yeux de Dieu qu’un orgueil découvert. De même, l’imitation du dévouement est sans valeur pour le Seigneur. « Ce qui est vrai en Lui » est ce qui est vrai dans les siens, les traits que nous voyons en Christ et qu’à son tour Il produit en nous sont les seuls qui comptent pour Dieu. Reconnaissons que ces traits divins que sont le dévouement et l’humilité, manifestations du nouvel homme exclusivement, manquent beaucoup aujourd’hui par rapport aux générations antérieures. Encourageons-nous, non à imiter extérieurement celles-ci mais à boire aux sources où elles ont bu, et à réaliser l’humilité que le sentiment de la présence de Dieu produit dans le croyant et qui se traduit par le dévouement dans la dépendance. Nous sentons que nous mettons le doigt sur bien des choses qui enlèvent au service une partie de sa valeur et de son efficacité. Il est relativement facile de s’affairer à divers services ; il l’est beaucoup moins d’accomplir un bon service, un service obscur, sans témoins, mais que le Seigneur inspire et reconnaît. L’état pratique du serviteur est plus important que les circonstances visibles du service, et cet état pratique en vue d’un service efficace implique avant toutes choses l’abaissement de celui qui sert. 1.10 Deux dangers : pas assez d’activité (paresse) ou trop d’activité (zèle charnel) Il existe deux grands dangers relativement à l’activité dans le service. Le premier est d’être porté à dire : Puisque Dieu fait tout, à quoi bon faire quelque chose ? C’est la chair qui tient ce langage, qui est celui du paresseux. N’oublions pas que Dieu travaille par les siens comme dans les siens. À l’opposé, l’autre danger consiste à entreprendre et à agir sans un exercice profond et constant. Remplacer la paresse par le zèle de notre volonté charnelle et par un dévouement humain n’est certainement pas selon Dieu. Il peut arriver que l’on recule devant un service à accomplir parce qu’on recule devant l’exercice préalable qu’il suppose. Dans ce cas aussi on est paresseux. Une vie de service est une vie de communion ininterrompue avec le Seigneur. Pour servir il faut être avec Lui avant, pendant et après l’accomplissement du service (car, le service accompli, il y a encore des dangers). Servir, c’est être avec Lui. Il importe de remarquer que nous ne sommes pas appelés à choisir les services à accomplir. Le Seigneur n’a pas choisi. Son oreille était ouverte chaque matin par l’Éternel, et Il écoutait comme ceux qu’on enseigne (És. 50:4). Tout son service était celui qui était tracé devant Lui. Pas plus que Lui nous n’avons à choisir, et pourtant que de fois nous le faisons ! Ne nous arrive-t-il pas d’hésiter à faire une visite parce que nous avons peu d’affinité avec la personne à visiter, ou de laisser de côté un service qui nous mettrait dans l’ombre pour en rechercher quelque autre qui nous placera en relief ? Ah ! écoutons plutôt le Seigneur nous donnant le secret du plus grand bonheur qui puisse être ici-bas : « Ma viande, dit-Il, est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre » (Jean 4:34). 1.11 Persévérance. Se garder des habitudes Remarquons aussi qu’un serviteur peut avoir servi dans la dépendance à un certain moment, et agir ensuite de façon toute contraire à la volonté du Seigneur. Un bon état pratique n’est pas, en effet, quelque chose d’acquis une fois pour toutes, il suppose une vigilance constante, de sorte que la dépendance dans le service doit être sans cesse renouvelée. Le danger des habitudes existe partout, et dans le service en particulier. Le Seigneur n’avait pas d’habitudes, et la vie chrétienne ne peut en comporter davantage. Le service n’est pas un métier ; s’il le devient, il n’est plus un service. Mais dans la chrétienté on a trouvé plus commode de transformer les services en professions, alors que le service chrétien suppose, comme la vie chrétienne elle-même, un exercice ininterrompu. 1.12 Travail seul, travail à plusieurs ; la dépendance toujours Un autre enseignement nous est donné au puits de Sichar : le Seigneur y est seul. Il n’y a pas d’entraînement dans le service. On peut sans doute s’encourager mutuellement, se stimuler l’un l’autre, comme Paul le fait pour Archippe ; on peut aussi accomplir un service ensemble, et Paul parle maintes fois de ses compagnons de travail, de ses compagnons d’œuvre, de ses compagnons d’armes. Mais le service à deux n’exclut en aucune manière la dépendance pour chacun. Or chacun ayant inconsciemment tendance à marcher avec la foi de l’autre, la dépendance individuelle est plus difficile à réaliser dans un service à deux. Le Seigneur a bien envoyé ses disciples deux à deux, mais cela donnait au message qu’ils annonçaient, et qui était un message final, un caractère officiel : ils constituaient un témoignage suffisant et complet — deux témoins — de la part du Seigneur. 1.13 Travail à deux : ni égalité, ni jalousie Dans le cas d’un service à deux les deux serviteurs ne sont pas généralement sur le même plan. Le jeune homme de Jonathan portait ses armes ; en apparence il n’a pas fait grand’chose, mais il était un soutien et un complément pour son maître (1 Sam. 14:7, 13). Ainsi en est-il quand un ami prie pour le service d’un ouvrier du Seigneur. Quand Paul travaillait avec Barnabas, chacun avait sa part, celle de Paul étant plus en vue, mais il n’y avait pas de jalousie entre eux. Timothée a travaillé avec Paul, en servant « avec lui dans l’évangile comme un enfant sert son père » (Phil. 2:22) et Paul pourra dire qu’il n’a « personne qui soit animé d’un même sentiment » avec lui. Marc a commencé et il n’a pas tenu. Barnabas lui-même, serviteur de si grande valeur, s’arrête. Le service à deux était donc difficile même au temps des apôtres. 1.14 L’appel est de Dieu. Ne pas pousser au service Le Seigneur appelle chaque serviteur à part. Cela n’exclut pas les collaborations, au contraire, mais elles ne peuvent être heureuses que si chacun a été appelé comme s’il avait été seul. Quelqu’un peut suivre un serviteur ; et ce peut être selon la volonté de Dieu, pour son instruction. Gardons-nous d’établir quelque règle à ce sujet comme à d’autres, sauf, évidemment, celle de la dépendance. Un frère, n’a pas à en pousser un autre dans le service, pas plus qu’il ne doit s’y pousser lui-même. Il peut, certes, lui venir en aide : s’il a du discernement et qu’il craigne Dieu il reconnaîtra que son frère a reçu quelque chose du Seigneur ; il priera d’abord pour lui, l’encouragera, mais sans le pousser. Pousser quelqu’un c’est l’exposer à broncher, en le plaçant dans une position à laquelle il peut n’être pas appelé, ou en lui faisant dépasser le niveau de sa foi. Nous lisons que Paul a voulu que Timothée allât avec lui (Actes 16:3), mais nous lisons aussi que le don de grâce du service avait été donné à Timothée par prophétie et par l’imposition des mains du corps des anciens (1 Tim. 4:14) : certainement l’Esprit a parlé le premier, comme cela avait été aussi le cas à Antioche. Là où il y a de la piété il y aura des vocations venant de Dieu, comme nous le trouvons en Ésaïe 6 : « Qui enverrai-je, et qui ira pour nous ? Et je dis : Me voici, envoie-moi ». C’est Dieu qui envoie son serviteur. 1.15 Contre les organisations humaines Ce fait que l’appel doit être de Dieu est d’autant plus important à considérer qu’aujourd’hui on a tendance à l’oublier. Nous avons vu que tout serviteur doit accomplir son service avec sa foi personnelle, même s’il le fait en collaboration avec d’autres. Cela exclut les entreprises collectives pour lesquelles on s’accommode du mélange de personnes dont certaines peuvent être appelées et d’autres pas. Nous ne trouvons pas d’entreprise générale de service dans l’Écriture, sinon l’assemblée tout entière, et ceci est de toute importance (Actes 14:26 ; Phil. 1:27, etc.). Le Seigneur est le Maître du service et c’est de Lui que tous dépendent et doivent en fait dépeindre directement. Cela n’exclut certes pas le secours matériel donné pour le service et qui est une manifestation de la communion à son sujet. Dans le monde actuel on voit de plus en plus des directions collégiales, et cette tendance gagne du terrain dans les milieux chrétiens parce que la conformité au monde les envahit. Cette méthode dans l’œuvre de Dieu est en opposition avec ce qu’enseigne l’Écriture. Trop souvent ces entreprises sont fondées sur l’existence et le jeu de la volonté personnelle qui est en dehors de la dépendance et de l’obéissance au Seigneur. La chair y est habituellement encouragée au lieu d’être combattue ! Combien est dangereuse une semblable action qui ne s’appuie pas au départ sur la volonté du Seigneur seul, et où des comités se substituent à la fois à cette vocation individuelle qui ne prend pas conseil de la chair ni du sang, et à cet exercice de l’assemblée qui reconnaît, approuve et soutient ceux que le Seigneur envoie ! 1.16 Liberté de l’Esprit dans l’assemblée pour envoyer les serviteurs Nous devons bien désirer qu’il y ait dans les assemblées une ambiance telle que l’Esprit puisse s’exprimer comme à Antioche où « il y avait, dans l’assemblée qui était là, des prophètes et des docteurs » (Actes 13:1). « Et comme ils servaient le Seigneur et jeûnaient, l’Esprit Saint dit : Mettez-moi maintenant à part Barnabas et Saul, pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés ». Ce ne sont ni les prophètes ni les docteurs qui ont envoyé Barnabas et Saul, ni l’assemblée ; mais une atmosphère de piété a permis à l’Esprit d’exprimer clairement la volonté divine, et dans la communion de l’Esprit, après un saint exercice de jeûne et de prière, ils leur ont imposé les mains en signe de communion, et les ont recommandés au Seigneur (v. 3). Une telle atmosphère de piété est évidemment désirable dans les assemblées pour que l’Esprit y agisse sans être attristé. La faiblesse que nous avons à déplorer dans la pratique du service est en rapport d’une manière générale avec le fait que le niveau spirituel a baissé dans les assemblées. Cela constitue certainement un obstacle au déploiement de la puissance de l’Esprit par le moyen de ceux que le Seigneur veut employer à son œuvre. Il y a donc une responsabilité d’ensemble et une responsabilité de chacun comme faisant partie de l’assemblée de Dieu. Chacun doit y penser si nous voulons que l’œuvre du Seigneur puisse s’accomplir comme Il le désire, par les instruments que Lui-même choisit. 1.17 Servir par amour pour le Seigneur Rappelons en terminant cette parole péremptoire du Seigneur « Nul ne peut servir deux maîtres ». Arrêtons-nous devant ce qu’elle comporte, et que notre seul motif dans l’activité chrétienne soit véritablement l’amour du Seigneur, exclusif de toute pensée, volonté ou intérêt personnels.

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact