LA COMMUNION FRATERNELLE 1 : (ACT. 2/41-47)

13:57Ministere MotsdeDieu

Toujours et partout, quand il s’agit de caractériser la vie nouvelle des croyants, on retrouve les quatre marques distinctives de l’Eglise naissante : - enseignement des apôtres, - communion fraternelle, - fraction du pain, - prière. Pourquoi le deuxième élément constitutif de la vie de l’Eglise naissante a-t-il été si négligé au cours des siècles - autant dans la théorie que dans la pratique ? L'enseignement, la cène et la prière occupent une grande place dans l'histoire et dans la vie de l'Eglise. La communion fraternelle est à peine nommée (on chercherait en vain un livre sur ce sujet, alors que, sur les trois autres, ils se comptent par milliers). La communion fraternelle, à peine nommée, est encore moins cultivée. Pour nous aider à persévérer dans les trois autres directions, nous avons nos réunions d'annonce de la" Parole, d'étude biblique, de Sainte Cène et de prière. Mais nos réunions sont-elles dans la communion fraternelle Par ailleurs, où et quand cultivons-nous la communion fraternelle ? Aurions-nous laissé s'effriter une des "quatre colonnes du temple" ? Ne faudrait-il pas chercher peut-être là une des causes du manque d'impact de l'Eglise actuelle sur le monde, et de la tiédeur de beaucoup de chrétiens ? QU'EST-CE QUE LA COMMUNION FRATERNELLE. En français, le mot "communier" - abstraction faite de son usage sacramentel - fait penser à une profonde unité de pensée, de sentiment et d'intention. On dit que les auditeurs d'un concert ont communié dans une même exaltation esthétique, on parle de la communion de pensée des disciples d'un philosophe, et, plus couramment, de la communion de deux époux. Dans l’ensemble, on ne galvaude pas ce terme, car on le sent porteur d'une idée d’unité rarement atteinte dans les relations humaines. On l'emploie seulement lorsque l'union possède un caractère plus ou moins sacré. Il s'agit en fait d'une "commune union". Dans le cadre de l'Eglise locale, nous essayons de refléter cette unité, malgré nos différences, afin d'être un en Christ. La définition de cette expression en fixe donc à la fois la caractéristique essentielle et les limites. Seuls ceux qui, par Jésus-Christ leur Sauveur, sont entrés dans cette relation nouvelle et intime avec Dieu et avec les autres rachetés, peuvent comprendre et expérimenter la communion fraternelle. Il y a toujours la double dimension de la croix, une commune union à la verticale, et une commune union à l'horizontale, ce qui crée un parfait équilibre, à défaut duquel il y aura toujours une lacune au niveau de la communion fraternelle dans la dimension horizontale. Cette communion s'étend aussi loin que le cercle des enfants de Dieu, par-delà toutes, les barrières confessionnelles, dénominationnelles, nationales et raciales. Mais pas au-delà. Elle est certainement l'un des plus beaux cadeaux du Seigneur à Ses enfants. Tous ceux qui en ont fait l'expérience ont gardé le souvenir inoubliable d’un miracle : on s'est rencontré en inconnus, on a parlé du Seigneur, et voilà qu'on s'est découverts "frères en Christ" ; immédiatement, on s'est senti "en famille", comme si on se connaissait depuis des années. Une conviction, implantée aux tréfonds de notre être, nous avertit que nous sommes enfants du même Père, animés du même Esprit, héritiers d'une espérance commune. Alors nous pouvons prier, louer Dieu et travailler "en commun", mettre ensemble ce que nous avons reçu de Dieu sur les plans spirituel et matériel. POURQUOI LA COMMUNION FRATERNELLE ? Elle constituait l'un des éléments essentiels de la vie de l'Eglise naissante. La communion des membres de l'Eglise naissante se traduisait par d'étroites relations humaines et par la communauté des biens matériels : "Tous ceux qui avaient cru vivaient ensemble et avaient tout en commun" (Act. 2/44). Certains y ont vu l'amorce du communisme, mais le communisme est athée, alors que le seul dénominateur commun qui réunissait ces hommes et ces femmes, c'était Jésus-Christ, et personne d'autre. La mise en commun des biens matériels n'est peut-être pas réalisable aujourd'hui, mais il faut se rappeler que, quand on est enfant de Dieu, toutes choses deviennent nouvelles. Nous ne sommes pas faits pour vivre perpétuellement en commun. C'est pourquoi il y a les foyers, qui sont les cellules mêmes de la vie. Mais l'Eglise locale doit refléter cette mise en commun, afin que, qui que nous soyons, nous puissions nous retrouver dans un milieu chaud, dans une famille où l'on se fait du bien les uns aux autres. "Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons .." (v. 46). Sans doute s'invitaient-ils réciproquement. "... Ils prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur" (v. 46). Autour de la table familiale, la communion n'a rien de figé ni d'artificiel. Cette unité intense entre les membres de l'Eglise naissante avait certainement une puissance d'attraction égale, sinon supérieure, à celle de l'enseignement des apôtres. "Ils louaient Dieu et trouvaient grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à la communauté ceux qui étaient sauvés" (v. 47). "La multitude de ceux qui avaient cru n'était qu'un cœur et qu'une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux. Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous" (Act. 4/32-33). Le témoignage apostolique tirait sa force de persuasion du témoignage d'amour mutuel de toute la communauté. Si quelqu'un d'extérieur vient parmi nous, il faut qu'il trouve cet amour mutuel entre nous, mais aussi à son égard. De même, il faut que les jeunes saluent les âgés, et les âgés les jeunes, car nous avons tous besoin les uns des autres. Le ministère des apôtres n'apparaît en fait qu'au milieu de celui de l'Eglise, porté et soutenu par elle. Les apôtres se consacrent plus spécialement "à la prière et au ministère de la parole" (Act. 6/4), ils sont ceux par lesquels "beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple" (Act. 5/12), mais dans aucun de ces domaines, ils ne détiennent le monopole (Act. 4/24 ; 12/12, 17 ; 4/31 ; 8/4 ; Mc 16/17 ; I Cor. 12/10). Le ministère de franc-tireur n'est pas biblique. Le ministère, quel qu'il soit, doit être reconnu par L'Eglise. De même, les apôtres ne s'envoient pas eux-mêmes ; c'est le Saint-Esprit qui met à part tel ou tel, et l'Eglise qui confirme le ministère. Si nous parcourons les épîtres de l'apôtre Paul, la même impression se dégage : dès l'adresse, la communauté entière est mise au premier rang. Toutes les épîtres de Paul - sauf celles adressées à des amis personnels - sont adressées directement aux membres des Eglises locales, pour montrer que' c'est toute l'Eglise locale qui, après Jésus, possède la souveraineté. C'est la base de la pyramide qui tient toute la pyramide et non le sommet. Seule l'adresse de l'épître aux Philippiens mentionne "les évêques et les diacres", mais après l'Eglise, et, dans toute l'épître, ils ne réapparaissent plus. Pour l'apôtre, l'Eglise semble être, avant tout, une communion de saints en Jésus-Christ. L'apôtre fait toujours appel "à la base" : c'est à l'ensemble des membres de l'Eglise qu'il demande de s'aimer, de s'exhorter mutuellement, de veiller les uns sur les autres pour marcher d'une manière digne du Seigneur. Il ne s'agit pas de s'immiscer dans la vie des autres, et lorsque Paul demande de s'exhorter, de veiller les uns sur les autres, c'est devant le Seigneur. Si l'on dit à Dieu ce que l'on ressent, si l'on prie avec amour pour telle ou telle âme, le Seigneur sait agir. Les réunions occupent une place infime dans les épîtres, les rares passages qui en parlent ne nous permettent guère d'entrevoir leur contenu. La vie et les relations fraternelles, en revanche, occupent la place centrale. LA COMMUNION FRATERNELLE EST UN ELEMENT ESSENTIEL DU PLAN DE DIEU POUR L'EGLISE ET POUR LE MONDE. Avant de quitter cette terre, le Seigneur n'a laissé à Ses disciples ni manuel d'organisation ecclésiastique, ni doc trine ecclésiologique ou élément d'une théologie pastorale. Il leur a dit : "Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres" (Jn 13/34-35). Il ne s'agit pas là d'organisation, mais des éléments de base à partir desquels on doit s'organiser ensuite. Il demande à Son Père : "Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un - moi en eux, et toi en moi - afin qu'ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé" (Jn 17/22-23). Sur le plan local, il est relativement facile de devenir un. Mais quand il s'agit de dépasser les frontières de l'Eglise locale, et quand notre local est assez cloisonné, il est difficile d'être un avec l'autre, surtout lorsque les optiques spirituelles diffèrent. Il ne s'agit pas d'unité dans les organisations ou de faire abstraction des doctrines divergentes pour réaliser une unité. Ce n'est pas ce que le Seigneur veut dire. Quand Il est un avec Son père, il n'y a aucune divergence de point de vue avec le Père. Il y a osmose parfaite entre le Père et le Fils. C'est ce que nous devons réaliser sur le plan local, chacun apportant sa pierre à l'édifice. La présence aux réunions d'évangélisation en est un exemple. Jésus a révélé à l'apôtre Pierre ; "Je bâtirai mon Eglise". C'est pourquoi cet apôtre est considéré à tort par certains comme le maître d'œuvre de cette construction. Quelles directives donne-t-il aux chrétiens ? "Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle ..." (I Pie. 2/5). Comment s'édifier ? "Aimez-vous les uns les autres ardemment et de tout coeur" (I Pie. 1/22). L'agent d'édification de l'Eglise ne réside ni dans la doctrine, ni dans les principes ecclésiastiques, mais dans l’amour: l’amour édifie (I Cor. 8/1). C'est pourquoi nous trouvons si souvent l'exhortation : "Aimez-vous les uns les autres" dans le Nouveau Testament. Chaque fois que nous lisons l'expression "les uns les autres" (cent fois dans l'original grec), nous retrouvons un aspect de la communion fraternelle. Or, les quatre cinquièmes des commandements accompagnés de cette expression se rapportent, soit à l'amour mutuel, soit à ses conditions ou à ses manifestations. Cet amour mutuel est un fruit (Jn 5/11) et un signe (Jn 3/14) de la nouvelle naissance. C'est là que tout commence. Si les gens de l'extérieur nous voient vivre cela, tout sera différent. Nous ne pouvons fabriquer la communion fraternelle. C'est dans la mesure où nous avons Jésus-Christ au centre de nos vies que cette communion existe, sans distinction de races, de sexes, d'âges. L'amour de Dieu ne fait pas de différences. Il est égal pour tous. Il ne subit aucune ombre de variation. Il est éternellement présent. Et ainsi notre amour en tant qu'enfants de Dieu ne devrait subir aucune ombre de variation, malgré ce que nous voyons et entendons. Prions un instant. Père Saint, nous Te louons et Te bénissons ensemble parce que, cette communion fraternelle, Tu veux que nous la vivions, et Tu nous as donné en cela un exemple sublime. Tu désires que nous soyons un comme Toi et Ton Fils êtes un. Nous Te bénissons aussi, parce que Tu veux que cette communion soit parfaite. Nous Te prions de nous aider par la puissance de Ton Saint-Esprit, afin que ce que nous vivons et vivrons ensuite soit de nature à édifier en nous un amour qui soit vrai et qui soit sincère, un amour qui soit honnête et qui puisse nous édifier les uns les autres, les uns par les autres, mais aussi, Seigneur, un amour qui soit communicatif à l’égard de ceux qui ne Te connaissent pas encore. Et lorsqu'ils entrent dans Ta maison, qu'ils se sentent non seulement aimés par Toi, mais aussi aimés par les chrétiens de l'Eglise, aimés par ceux qui Te connaissent, aimés par des êtres qu'ils ne connaissent pas, eux, mais que Toi, Tu connais au travers de Jésus-Christ. 0 Père, nous Te prions de nous aider à vivre cet amour-là, à le vivre intensément, dans nos familles, dans la société où Tu nous as placés, et dans l'Eglise où nous sommes. Nous T'en disons, Père, merci en Christ. Amen.

You Might Also Like

0 commentaires

Labels

2 Corinthiens adoration advent Âme amour angel anges apôtre application archange armée de dieu armure de dieu army of God avent aveugle spirituel beauty bénédictions bible bible study biblique biche blessings bonne année born again brebis challenges chemin chemin spirituel chic chrétien chrétienne chrétiens christ christian christian blogger christian fashion christian woman christmas clé combattre connaître dieu conversion chrétienne couple cuisine daily meditation david dear satan debora devil dieu dîme easter ebook ecclesiast égarée ennemis ensemble ephesians éphésiens espoir eternal eternality éternel étude spirituelle études spirituelles 2013 evangelist évangéliste evangile évangile faith false prophets famille family fausse faux prophètes featured femme femme chrétienne feu fils foi galates galatians God god's word good morning girls goodmorninggirls.org gospel grain sénevé guérison guerre happy new year heal holy bible holy spirit hope humilité humility jesus jésus job joyeux noel juste Key keys king salomon kingdom knowing god la bible lectures au coin du feu librairie chrétienne light Lord louanges luc lumière mari mariage marriage matthew meditation méditation meditation quotidienne merci merry christmas message évangélique miguel ministere ministère ministere mots de dieu ministère mots de dieu ministry mission mots de dieu naitre de nouveau nightime routine noel obedience obéissance paix pâques paradis peace Pensée du jour Pinterest pray prayer prière prospérité prosperity proverbes 31 proverbs 31 psalms psaume psaumes psaumes du vendredi puissance rachel wojo relax repentance respect résurrection royaume Saint esprit salomon samedi pinterest sang sans peur Satan seigneur spiritual study spiritual video spiritualité spirituality spirituel sport St Esprit tentation thank you thanksgiving the bible the bible series tolérance tricot trust valentin VFC video spirituelle vie de femme chrétienne vie éternelle vraie wedding wof woman of faith women living well worship

Formulaire de contact